Autant ne pas y aller par quatre chemins et le dire d'emblée : cette daube cinématographique abyssale ne mérite pas le noble nom de "film". Il m'a été donné de voir des navets intersidéraux, mais celui-ci vient vraiment, vraiment, d'une autre galaxie. A l'extrême limite, on aurait pu trouver cet opus des aventures d'Astérix simplement risible et méprisable s'il n'avait pas coûté 78 millions d'euros... De quoi rendre l'affaire Kerviel presque dérisoire !

Mais pourquoi tant de médiocrité affichée à l'écran ? Entre un Delon pédant et agaçant, un Poelvoorde qui en rajoute des tonnes, un Clovis Cornillac à qui la moustache d'Astérix ne sied guère, un Depardieu fantomatique, des Seimoun et Dubosc toujours aussi déplorables, il n'y a vraiment rien pour sauver ne serait-ce que quelques meubles du naufrage absolu. Les références cinématographiques sont à la fois grotesques et surfaites : que vient donc faire ici le sabre laser de Star Wars ? Comme si insulter Goscinny n'était pas suffisant, Frédéric Forestier parvient à salir George Lucas !

Dans la mesure où qualifier cette abomination de navet est encore bien trop reluisant, n'hésitons pas une seule seconde à opter pour l'expression "bouillie de gastéropodes indigeste" - correspondant à cet égard parfaitement au pathétique défilé de "stars" de la scène finale, ultime preuve, s'il en est, que le public a bel et bien été pris pour le dindon de la farce ! Celui-ci pourra sans peine se contenter de visionner la bande-annonce, condensé des "meilleurs" - il n'y aura jamais assez de guillemets - moments de cette détestable mascarade.
Yananas
1
Écrit par

Le 5 juillet 2013

40 j'aime

Astérix aux Jeux olympiques
Guitsby
1

Sanction !

Il faut savoir sanctionner sévèrement ce genre d'abominations... A se demander si le film a été réalisé par un vrai réalisateur; les dialogues sont inexistants, le scenario je le cherche encore... Le...

il y a 12 ans

52 j'aime

6

Astérix aux Jeux olympiques
Yananas
1

Même un navet a du goût !

Autant ne pas y aller par quatre chemins et le dire d'emblée : cette daube cinématographique abyssale ne mérite pas le noble nom de "film". Il m'a été donné de voir des navets intersidéraux, mais...

il y a 9 ans

40 j'aime

Astérix aux Jeux olympiques
Lopocomar
1

Le marketing filmique

Après l'annulation d'un Astérix en Hispanie soutenu par l'équipe du Splendid et réalisé par Gérard Jugnot, Uderzo s'est senti inspiré d'accepter le projet d'Astérix aux J.O. Pourquoi pas, après tout...

il y a 12 ans

36 j'aime

1

Vice-versa
Yananas
10
Vice-versa

Être ou ne pas être telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypochondriaque

Véritable feu d'artifice visuel, Vice Versa est une œuvre à savourer avec le même entrain qu'une exquise confiserie qui laissera sur notre palet un arrière-goût aussi durable que ne l'est un souvenir...

il y a 7 ans

25 j'aime

8

Les Frères Karamazov
Yananas
10

Réveiller le Karamazov qui sommeille en nous

Ecrire une critique des Frères Karamazov relève de l'impossible ; se livrer à cet exercice reviendrait à passer pour une sorte de Tartuffe, un coupeur de cheveux en quatre, ou à tout le moins pour un...

il y a 8 ans

19 j'aime

8

La Parole
Yananas
8
La Parole

Dans la famille Borgen, je voudrais le Christ

Nul autre réalisateur que Dreyer n'a posé avec autant d'acuité et de profondeur la question de la foi, à tel point qu'Ordet eût mérité moins un Lion d'or qu'un Crucifix d'or. Dans ce classique du...

il y a 9 ans

18 j'aime

3