Avis sur

Avalon par batman1985

Avatar batman1985
Critique publiée par le

Après le chef-d'oeuvre Ghost in the shell, Mamoru Oshii réalisera en 1998 un petit court-métrage de seulement une minute mais il fera surtout en 2001 son premier film avec acteurs "réels": Avalon!

En premier lieu, ce qui choque et inquiète, c'est l'étrange mélange entre acteurs et décors polonais et réalisation japonaise, ce qui pouvait engendrer des problèmes de compréhension entre les protagonistes du film. Mais les inquiétudes sont vite oubliées quand on voit les acteurs à l'écran qui interprètent leur rôles de manière excellente et particulièrement Malgorzata Foremniak (inconnue dans nos régions et personnellement je ne la connaissais pas du tout) qui joue le rôle de Ash, personnage froid et distant qui vit dans un monde qui l'est tout autant et Wladyslaw Kowalski dans le rôle du maître du jeu!

La seule façon de quitter un petit peu le monde terne qui l'entoure, c'est de jouer à un jeu illégal: Avalon! Le jeu permet aux personnes de s'évader de la triste vie qu'ils mènent, Avalon leur permet de s'amuser pour cerains mais pour d'autres il leur permet de gagner leur vie, ce qui est le cas de Ash! Car Avalon, c'est surtout un film sur les jeux vidéos et les dérives qu'il peut engendrer. Oshii préfère nettement la réflexion à l'action (même si la Bande Annonce fait penser le contraire). En effet, l'avenir selon Oshii est sombre et inquiétant, l'homme n'aurait plus de vie sociale et préfèrerait vivre en solitaire, une sorte de société où l'individualisme prévaut surtout dans la vie réelle mais aussi dans le jeu (Ash faisait partie d'une équipe, réputée invincible, avant que les membres de celle-ci ne se sépare). Un des exemple qui me revient à l'esprit, c'est quand le maître du jeu dis que son chien est mieux nourri que la plupart des humains de cette ville (qui fait penser à une ville d'un pays de l'ancien bloc communiste) tellement elle gagne bien sa vie avec le jeu et en jouant surtout seule même si pour atteindre son but, elle devra recréer une équipe, seul l'individu compte. D'ailleurs, l'individualisme n'est-il pas un des problèmes les plus importants au Japon actuellement, dans une société où la réussite professionelle est extrêmement importante quitte à tuer d'autres personnes pour arriver à ses fins? De plus, de plus en plus de personnes deviennent accros aux jeux vidéos, se repliant de plus en plus sur elle-même et négligeant leur vie sociale au profit d'un plaisir que la fiction donne davantage que la vie réelle. Car avec le jeu vidéo, c'est vous le personnage central, il vous fait vivre des situations passionantes, vous permet de devenir une autre personne, en quelques cliks de souris vous met à la tête d'une équipe de football de renommée mondiale, fait de vous un héros de la seconde guerre mondiale,... Bref, tout ce que la vraie vie ne peut vous donner... Le problème social dans le film est récurrent, les gens ne se parlent plus et pire ils restent figés et font penser à des ombres (scène du tram et celle d'Ash rentrant chez elle).

Oshii, pour renforcer cette idée d'un monde fade et sans avenir, s'appuye sur une esthétique vraiment géniale, utilsant la couleur vert sépia pour les scènes de la vraie vie et les scènes se déroulant à Avalon. Le film perdra ce teint verdâtre lorsque Ash atteindra un niveau appelé la "classe réelle". Mais l'utilisation de cette couleur est un coup de génie de Oshii car elle renforce vraiment l'idée de ce monde qu'il ne faudrait jamais connaître... Et puis le scénario aurait pu faire la part belle à de multiples scènes d'actions, mais non Oshii a préféré la réflexion et je lui dis bravo car cela aurait été plus facile d'opter pour la première solution.

Enfin, j'ajouteerai l'excellente musique de Kenji Kawai, qui a travaillé avec Oshii sur Ghost in the shell, et je dois vous avouer que je mets Monsieur Kawai dans mon Top 3 des compositeurs de film avec Ennio Morricone et Vangélis!

Mamoru Oshii signe un film d'anticipation excellent, préférant, et je me répète la réflexion à l'action, nous montrant un avenir où l'individualisme et les plaisirs fournis par un jeu vidéo sous plus importants dans un monde devenu sans saveur et où la vie en société n'est plus qu'un lointain souvenir... Sans oublier la musique de Kawai, qui est simplement somptueuse! En bref: un chef-d'oeuvre!!!

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 981 fois
9 apprécient

batman1985 a ajouté ce film à 4 listes Avalon

Autres actions de batman1985 Avalon