👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Everything is Blue, like you, like me ! Dadadidadada dadadidadadam !"

Avatar est la quintessence de l'amour de Cameron pour la science-fiction et le cinéma. L'histoire se passe dans le futur, à une période indéfini, où la planète Terre n'est plus qu'une énorme agglomération cosmopolite. On suit l'aventure de Jake Sully sur Pandora, marine paralysé des jambes, qui remplace au pied levé son frère jumeau, tué dans une agression, dans une expédition scientifique. Le but de celle-ci est de mieux connaitre l'environnement de la planète grâce à des Avatars, corps clonés avec l'ADN d'un humain et d'un autochtone de la planète nommé Na'vis. De suite, Cameron plante ce qui sera la principale caractéristique de son récit: qu'est ce qui fait de nous ce que nous sommes ? Car Jake va se retrouver très vite dans un position inconfortable où il devra faire un choix, qui se révélera dans les deux cas lourd de sens. La magie de ce film est de jouer sur cette ambivalence, de la double existence que mène notre protagoniste principal. Et le montage nous permet de basculer petit à petit de l'autre coté. Car le film prend parti, clairement, mais sans le montrer clairement. Sans forcer le jugement du spectateur. Mais vous vous retrouvez forcément à penser comme notre héros, à prendre parti pour lui et donc à être contre l'espèce humaine. Cameron, sans balancer de grand discours via un dialogue pompeux ou insistant, fait passer son message grâce à la réalisation et au montage ( poste qu'il occupe d'ailleurs dans les deux cas, le réalisateur étant cité également comme l'un des trois monteurs du film ). C'est bête, mais ça montre déjà qu'il ne prend pas son spectateur pour un gros imbécile. Beaucoup peuvent dire à raison que c'est un blockbuster bourrés d'effets spéciaux, mais ce serait oublier à quel point ces effets spéciaux servent le film dans le fond et dans la forme. Car ne cherchez pas de grosses explosions ou d'effets pyrotechniques à tout va, il y a en tout et pour tout 35 minutes d'action à proprement parler sur 2h58 de film. Et pourtant vous ne vous ennuierez pas, car le film fonctionne à l’émerveillement et à l'apprentissage. Cameron nous fait suivre un récit initiatique où le héros va apprendre à connaitre la nature dans laquelle il évolue. De ce récit, il va en découler une réflexion chez cet ancien marine, mais aussi chez le spectateur. Et toujours sans imposer ce discours fermement par la parole, mais seulement par l'image et l'intrigue. En cela les différents personnages sont des représentations d'un rôle bien précis. Et au final, on se demandera ce que veut dire "être humain" quand le personnage le plus humain de l'histoire n'en ai pas un. Un gros sujet de réflexion amené par Cameron, sur un film qui aura bouleversé tout sur son passage: box-office, spectateurs, industrie du cinéma et technique d’appréhension de l'image. Car c'est aussi le premier grand film en 3D, il ne faut pas l'oublier. Film important autant sur le fond que sur la forme, il restera à n'en pas douter comme une pierre angulaire de l'histoire du cinéma. Et donc pour ainsi dire un chef d’œuvre.
Yellocrock
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les plus belles claques esthétiques et Les films à voir en 3D

il y a 8 ans

Avatar
Hypérion
8
Avatar

Avatar c'est fun, et c'est tout ce qu'on lui a demandé.

Avatar, le film qu'il est de bon ton de descendre pour affirmer sa supériorité culturelle sur les masses abruties qui payent 13 € pour aller voir la "révolution 3D" de James Cameron au cinéma...

Lire la critique

il y a 10 ans

246 j'aime

79

Avatar
ackboo
4
Avatar

Splendide ! Révolutionnaire !

Connerie hollywoodienne pour adolescents shootés à la Ritaline n°465031 Film de propagande de l'US Marine Corps n°9032 Apologie post-colonialiste nauséabondes des "bons sauvages écolos"...

Lire la critique

il y a 12 ans

144 j'aime

11

Avatar
Sergent_Pepper
7
Avatar

La séance de mes spectateurs.

Un jour d’été et de pluie, je fais découvrir ce film à mes enfants de 6 et 8 ans. Durant le film, je prends mes notes mentales en vue d’une critique. Notes pour plus tard : c’est niais. C’est...

Lire la critique

il y a 8 ans

135 j'aime

19

Glory
Yellocrock
6
Glory

Oscars, mon amour.

Non, je ne réduis pas ce film à un film à Oscars, je ne suis pas non plus un gars sans cœur ni âme. Le sujet qu'il aborde est important, mais je trouve qu'il l'aborde mal. 24 ans avant 12 years a...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Les Nouvelles Aventures d'Aladin
Yellocrock
1

La chute libre du cinéma français.

Vous pensiez avoir vu des films de merde ? Oh mon dieu, vous ne savez pas ce que vous dites. Tant que vous n'avez pas vu cet étron intergalactique, vous ne pouvez pas imaginer ce que le cinéma...

Lire la critique

il y a 6 ans

5 j'aime

3

Jupiter : Le Destin de l'univers
Yellocrock
9

Folie visuelle.

Andy et Lana sont dans un studio. Ils ont une idée, ils veulent faire un film de SF nouveau. Mais après Matrix, après Speed Racer et après Cloud Atlas, peuvent-ils faire quelque chose d'encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime