👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un thriller étouffant qui manque de subtilité

Après La French, le réalisateur Cédric Jimenez continue de dépeindre la lutte contre la drogue à Marseille avec Bac Nord, dans lequel on suit un trio de la Bac préparant une opération d’envergure dans une cité des quartiers nord de la ville, ainsi que ses conséquences.

Si vous pensez que les films français sont mous, intellos, mal filmés, Bac Nord va mettre à mal vos préjugés. L’action commence sans attendre et se montre instantanément efficace et met parfaitement en place toutes les problématiques qui seront traitées par le film : la violence des cités marseillaises, les difficultés que la police doit surmonter pour la combattre, et la complicité du trio que seul l’égo et la testostérone mettra à mal. Et si l’absence absolument totale de subtilité du film reste un soucis (tout est gros, mais vraiment très gros), sa capacité à tout exposer de la manière la plus directe, la plus brute possible, favorise grandement l’immersion du spectateur, jusqu’à nous faire frémir lors de la grande scène de tension du film, et nous mettre hors de nous dans son final.

Rien est inutile dans Bac Nord. Durant chacune des rencontres entre le trio de la Bac et les dealers qu’ils combattent, la tension est palpable, le ton monte, un mot ou un geste déplacé et la situation peut finir en bain de sang. Jamais durant ces “petites“ altercations on ne se sent serein pour les personnages. La caméra reste toujours au plus près des acteurs, coupant toute possibilité de fuite. Aucune musique, juste des cris, des insultes, des menaces, l’escalade de la violence semble être la seule solution. Sur ce point, la mise en scène est irréprochable et nous fait d’autant plus redouter le moment de l’assaut contre la cité marseillaise, une scène anxiogène comme rarement, variant ingénieusement les situations pour ne pas devenir lassante malgré sa longueur. On a peur pour le trio de la Bac du début à la fin, sans aucun moment de répits.

On s’est effectivement attaché à ces personnages. Ces derniers peuvent pourtant se montrer assez antipathiques par moment, notamment parce qu’ils ont l’air de penser qu’aucun conflit ne peut se régler sans insultes ou de tartes dans la gueule (même entre eux). Et malgré quelques scènes d’humour et de complicités assez feel-good, c’est surtout le jeu d’acteur de Gilles Lelouche, Karim Leklou et François Civil qui va remonter leur capital sympathie. Les acteurs donnent vie au trio et à sa dynamique sans aucunes fausses notes, rendant ces personnages, assez clichés et grossiers au premier abord, bien plus humains et attachants.

Malgré tout l’absence de subtilité du film se fera ressentir encore une fois dans le dernier acte. Car malgré tous les efforts des trois acteurs, ces personnages restent encore bien trop caricaturaux et il est donc difficile de se sentir totalement ému par l’injustice de leur sort. Frustré, en colère, oui. Touché, non pas totalement.

McMorbid
7
Écrit par

il y a 9 mois

BAC Nord
LeTestard
5
BAC Nord

Nerveux, mais trop peu ambiguë

5/10, car pour faire vite, on est pris dedans, c'est nerveux, on sait mettre de la tension, c'est parfois drôle, mais pas plus parce que le fond semble tout de même n'aller que dans un sens.Je ne...

Lire la critique

il y a 9 mois

148 j'aime

19

BAC Nord
B_Jérémy
9
BAC Nord

Après ce film, vous voterez Le Pen qu'il disait : " démago pour les nuls "

Ça fait 20 ans que je fais ce métier moi, tu crois que tu sais tout, mais tu sais rien. Tu ne sais pas ce qu'on a vécu là-bas ! Tu ne sais rien des quartiers Nord ! On a failli crever là-bas...

Lire la critique

il y a 9 mois

96 j'aime

311

BAC Nord
lhommegrenouille
2
BAC Nord

Ici Radio-Bolloré…

Il existe deux façons d’appréhender BAC Nord. Deux. D’un côté on peut l’aborder comme le film censé occuper la soirée. Ce genre de film qu’on regarde sans « prise de tête » et avec pour seule...

Lire la critique

il y a 9 mois

83 j'aime

173

American Nightmare 5 : Sans limites
McMorbid
4

Critique de American Nightmare 5 : Sans limites par McMorbid

On sait vite à quoi s’attendre avec ce cinquième épisode de la saga American Nightmare. En général quand le distributeur français ajoute un « sans limites » au titre d’un film, ce dernier...

Lire la critique

il y a 9 mois

Midsommar
McMorbid
2
Midsommar

Les pieds dans le tapis

2018, Hérédité sort en salle. Un film ayant l’ambition de réinventer le genre de l’horreur, ou du moins de bousculer ses codes. Dans le film de Ari Aster, les jumpscares et la tension sont mis en...

Lire la critique

il y a plus d’un an

Tenet
McMorbid
7
Tenet

Vol au-dessus de la concurrence

Trois ans après Dunkerque, Christopher Nolan revient avec Tenet, un film avec un concept sur lequel on l’attendait au tournant tant ses films ont l’habitude de jouer avec notre perception du temps,...

Lire la critique

il y a plus d’un an