👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Heureux titulaire d'une carte me donnant accès à de nombreux cinémas de façon illimitée, je décide un après-midi au sortir du travail d'aller faire une sieste avant de me rendre à une soirée entre amis. Plutôt que de traverser l'agglomération parisienne, je décide de prendre un billet pour un film au hasard, à une heure où la salle est (presque) vide, afin de m'y endormir. Un mauvais film, afin que je ne sois ni frustré de ne pas avoir vu le film, ni fatigué si le film me captive et me maintient éveillé.

Je me devais de planter le décor. En effet, Bad Buzz commença avec cette volonté de m'abandonner aux bras de Morphée. Seulement, la nullité et la vulgarité du film furent jetées à ma figure de façon si crasse dès le commencement du film que je n'ai pas réussi à trouver le sommeil. Je fus captivé par l’élixir de navet en puissance qu'Eric et Quentin proposent dès les premières images de leur 'long-métrage' (heureusement pas trop long d'ailleurs, l'expérience proche du masochisme ne dure que 75 minutes).

Voir ce film m'a permis de relativiser très grandement certains autres vus cette année. Cela permet aussi de se rendre compte qu'il est toujours possible de faire un film sans intérêt aucun.
Aucun non, nuançons, il en présente un : en rire beaucoup lorsque je fais un résumé du film pour mes amis atterrés. Voyez plutôt :

Un duo de présentateurs pour enfants accusés d'être gay, nazis et zoophiles ; se trouvent dans un bus de nuit pour aller de Paris au Havre (!) et rencontrent des trisomiques dont un est doté d'un phallus imposant ; ce dernier finit par uriner sur un des protagonistes ; une migrante passe la tête par une soute dans le couloir du bus (!) ; un des protagonistes tombe amoureux et cet arc narratif riche se résoudra à l'issue d'une battle de danse dans un camp semblable à Calais ; à l'enterrement de la grand-mère, Tata Nympho trompera son mari caricatural avec le trisomique à gros pénis. Je raccourcis mais cela est déjà amplement suffisant. Quelle misère.


Je ne suis pas sorti de la salle. Parfois la sensation de mon cerveau fuyant par mes oreilles m'en a t-elle donnée l'envie mais il me semblait important de pouvoir témoigner de l'héritage que laisse ce film. Si tu crois qu'un film est mauvais, Bad Buzz est pire.

tofeyleaks
1
Écrit par

il y a 4 ans

1 j'aime

Bad Buzz
ciseur
10
Bad Buzz

La nouvelle comédie trash qui déménage

On l'attendait, voici enfin le film tant attendu du duo transgressif issu de l'univers de l'émission qui a fait trembler le système le Petit Journal (devenu ensuite Quotidien). Et le moins que l'on...

Lire la critique

il y a 4 ans

33 j'aime

13

Bad Buzz
DavidRumeaux
1
Bad Buzz

Bad Buzz !

Quand 2 humoristes de la TV décident de passer au cinéma, ils oublient la différence fondamentale entre les deux médias… Eric & Quentin sont les animateurs préférés des enfants ! Jusqu’au jour...

Lire la critique

il y a 5 ans

19 j'aime

6

Bad Buzz
sebastiendecocq
1
Bad Buzz

Bad au possible ! Mais de là à ce que cela fasse le buzz…

Lorsque l’on s’attaque à la rédaction d’une critique, il est préférable de laisser couler quelques jours avant de tout écrire. Le temps d’assimiler le visionnage du film ciblé. Ses atouts. Ses...

Lire la critique

il y a 5 ans

10 j'aime

3

Justice League
tofeyleaks
2

DC court après Marvel

Dans la narration, dans la volonté que l'humour soit de la partie alors même que les derniers DC se distinguaient par une noirceur qui gagnerait à être entretenue... DC perd le match face à Marvel et...

Lire la critique

il y a 4 ans