Avis sur

Baraka

Avatar JipéF
Critique publiée par le

Un singe se détend dans les sources chaudes des montagnes du japon. Il regarde la caméra de manière troublante. Devant lui, le spectacle du monde dans ce qu'il a de plus diversifié.

Hors normes, c'est ce qu'est Baraka avant tout. Au premier abord, le film est un gigantesque spectacle magnifique, à la fois, sonore, visuel, coloré, ecologique, ethnique, et militant (modérément). La moindre image est un tableau vivant, vibrant et puissamment évocateur, filmé avec une maestria impressionante. Baraka n'est pourtant pas un documentaire : il est dénué de tout dialogue ou commentaire, même écrit. Il est même pratiquement dénué de tout cheminement logique : on saute allègrement, sans la moindre transition, des montagnes japonaises au Népal à New York en passant par le Kenya et Auschwitz. La beauté des images prime sur le reste.

Pourtant, réduire Baraka à un patchwork d'images sans âme serait manquer son superbe message. Car devant ces images du monde dans toute sa splendeur, une seule attitude semble appropriée : l'humilité. La grande qualité de Baraka est en effet de faire ressentir à son spectateur son insignifiance par rapport à l'écosystème dont il fait partie, le remettant à sa place de manière magistrale sans jamais jouer les donneurs de leçons. Le film montre, exhibe même quelquefois, mais ne fait pas la morale. Il laisse le spectateur juge de ce qu'il voit, formuler sa propre interprétation. Et quand, à intervalle régulier, les personnages malgré eux de cette grande aventure vous dévisagent à travers la caméra, dans une série de plans incroyables de force et de justesse, il est impossible de rester indifférent. Baraka est à la fois un film et une expérience très personnelle, où l'on est à la fois acteur et spectateur. A voir, définitivement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1177 fois
11 apprécient

Autres actions de JipéF Baraka