👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ni mauvais, ni excellent, "Batman le défi" laisse perplexe tant le film est bancal et paradoxalement traversé d'idées géniales.
Il est assez compliqué en somme de créer un film de super héros original, le style ne laisse pas vraiment le choix: soit on l'aborde frontalement dans un esprit ludique en épousant joyeusement la farce et le grotesque de l’énormité des récits et des personnages, soit on essaye d'en tirer une œuvre psychologique forte par une vision sérieuse au premier degré marqué.
En ne répondant à aucune de ces 2 orientations, "Batman le défi" essaye maladroitement d'imprimer son identité visuelle propre au genre et à exister durablement en tant qu’œuvre fantastique.
La première chose qui m'a frappé dans cette suite, c'est l'immense présence du "Pingouin", rôle porté admirablement par De Vitto, présence qui éclipse totalement la prestation fade de Michael Keaton, décidément pas à sa place dans ce rôle de Batman. Il faut être honnête, le film est porté de bout en bout par cet acteur. Toute son ambivalence, son mental torturé, sa cruauté, son génie et sa maladresse fait écho au travail de Jack Nicholson en tant que joker dans le premier film de Batman.
Autre point positif c’est évidemment la présence de Catwoman.
On a pas encore fait mieux qu'ici pour transposer cette héroïne dans un film: quelle présence et quelle félinité !
Derrière le masque, Michelle Pfeiffer nous en livre une belle prestation: personnage érotique et dangereux, le langage avec elle se fait cru ou délicieusement pervers, la musique accompagne l'ensemble en donnant un relief inquiétant à ses actions et le cadrage des scènes est suffisamment inventif pour nous livrer une sensation de souplesse permanente inhérent au chat dans ses déplacements.
Malheureusement lorsque de tels personnages sont si investis, il est plus que regrettable que le héro ne soit qu'un pâle faire valoir, presque transparent et insignifiant face à eux. Comment dès lors insuffler la folie et la tension dans ces conditions, surtout si le film prend place dans un univers sombrement gothique ? Cette faiblesse se résume dans la contradiction entre un pôle de négativité malsaine particulièrement brillant face à un gentil scout assez gauche socialement et humainement.
Sans grand mal, pas de super héros, sans vrais super héros, pas de lyrisme dramatique dans l'histoire.
Ainsi, Tim Burton rivalise d'inventivité pour exprimer sa créativité baroque mais perd à instaurer une continuité d'atmosphère dans le récit.
La mise en scène n'est pas en reste: l’alternance de scènes glauques et profondes et de scènes infantiles et maladroites achèves de dérouter (mentions spéciales à la plupart des scènes d’actions avec les hommes de mains du Pingouins, c'est juste pathétiquement nul), sans compter qu'une bonne partie des dialogues n'est pas très inspiré.
Enfin, cette impression permanente de claustrophobie qui noie les décors me gène beaucoup: Batman, c’est avant tout l'espace et le mouvement, ici tout est réalisé en studio et souvent dans des espaces confinés.
Peut être est ce du à une volonté du réalisateur pour transposer l'enfer mental qui conditionne en partie le Pingouin, être de petite taille, plongé parmi la normalité et la gigantisme des bâtiments à l'extérieur (enfin, ça reste une théorie personnelle) mais cela en vient à gâcher beaucoup de scène d'action qui semble être bridé dans leur chaos.
en somme, toute cette ambivalence de création qui oscille entre faiblesse permanente et gros travail d'imagination fait que je n'arrive pas à adhérer à ce film qui n’est pourtant pas anodin et à le mérite de proposer une noirceur bienvenue dans cet univers de super héros.
Dommage.
Cyann_Kairos_De
5
Écrit par

il y a 8 ans

13 j'aime

1 commentaire

Batman - Le Défi
DjeeVanCleef
10

La féline.

Après son Edward et ses mains d'argent, Tim Burton revient faire un tour dans l'univers qu'il avait mis en images avec le premier Batman, et le truc sympa, c'est que le Timothy enlève, cette fois,...

Lire la critique

il y a 9 ans

101 j'aime

20

Batman - Le Défi
Docteur_Jivago
9

Miaou

Trois ans après la réussite Batman, Warner Bros confie à nouveau le super-héros à Tim Burton, d'abord réticent (surtout que les producteurs voulait ajouter le personnage de Robin) mais qui accepta...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

5

Batman - Le Défi
Gand-Alf
10

Masks.

La première aventure cinématographique mise en scène par Tim Burton ayant engrangé un sacré paquet de pognon à travers le monde, la Warner décida de laisser les pleins pouvoirs au cinéaste, à la base...

Lire la critique

il y a 6 ans

56 j'aime

1

12 Years a Slave
Cyann_Kairos_De
4

2h15 d'esclavagisme avant la pub...

12 ans d'esclavage est un film malade. Non pas qu'il soit inutile: la cause qu'il défend et le portrait des hommes plongés dans cette formidable injustice est légitime. C'est un film malade car...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

3

Batman - Le Défi
Cyann_Kairos_De
5

la marche errante de l'empereur

Ni mauvais, ni excellent, "Batman le défi" laisse perplexe tant le film est bancal et paradoxalement traversé d'idées géniales. Il est assez compliqué en somme de créer un film de super héros...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime

1

Une éducation
Cyann_Kairos_De
8

Critique de Une éducation par Cyann Kairos De Ligre

Un film curieux d'une grande beauté plastique. Un thème classique avec une trame et un final assez prévisible, mais d'une grande grâce et d'une délicatesse de mise en scène qui éteint rapidement...

Lire la critique

il y a 8 ans

13 j'aime