"Et bien tu avais dit que que allions nous refaire et nous sommes refaits. Alea jacta est !"

Avis sur Ben-Hur

Avatar Aqualudo
Critique publiée par le

Et bien moi j'ai apprécié la bataille navale. C'est assez immersif, on limite le budget en se contentant de montrer quelques bateaux de loin, on a du sang, de la sueur, un pauvre diable accroché à un éperon qui vient s'écraser sur une galère, c'est assez fun.

...

Initialement je m'étais dit qu'il ne fallait pas que je vois ce remake car j'allais souffrir. J'ai souffert. Puis je me suis dit que pour me venger, j'allais faire une critique bidon de 3 lignes sur ce qui m'avait le plus enthousiasmé. C'est fait. Mais voilà, difficile de ne pas creuser le propos alors je poursuis.
Lorsqu'on s'attaque à un remake de films aussi célèbres, encore faut-il en avoir sous le capot. La chute de l'empire romain de Anthony Mann a eut droit à sa tentative avec Gladiator. Ce Ben-Hur 2016 marche allègrement dans les pas de Maximus. Historiquement c'est aussi bidon et truffés d'erreurs. C'est le problème quand on fait un péplum, il faut venir chercher le public. Un film vraiment fidèle sur l'antiquité romaine, ou grecque ou égyptienne d'ailleurs, ne pourrait fonctionner. Tout est bien trop différent. Alors Gladiator est historiquement proche du néant, mais au moins offre-t-il de bons moments de divertissement pour le public contemporain. C'est là tout le problème initial de Ben-Hur ; écrit par L.Wallace, général à la retraite qui s'est tissé quelques lauriers de gloire en sauvant Washington pendant la Guerre de Sécession, ce roman se résume à son sous-titre que l'on occulte trop souvent : Ben Hur, un récit messianique. Tout est dit. Cette histoire sert de base à une apologie totale du christianisme, une sorte de manuel de catéchisme qui ne s'embarrasse pas des erreurs historiques , tout en collant merveilleusement bien aux contraintes romanesque. Un Juif de la noblesse condamnée aux galères, c'est impossible : cette peine n'existait pas à Rome. Des esclaves qui sont fouettés sur les navires de guerre ? Absurde, les rameurs étaient des hommes libres. On pourrait continuer longtemps, sur le cirque à Jérusalem ou autres conneries mais c'est inutile. Le spectateur qui va voir un Péplum connait l'antiquité par la BD (Astérix est plus lut dans ce monde que Claude Nicolet) et quelques films, il ne va pas se faire chier à lire des manuels d'histoire non plus. Donc autant aligner les inepties, on s'en fout. Romain = violence = méchant : la preuve même que le Pape dit que Néron il est trop méchant. Et un Pape, ça ne dit pas de conneries.

Je savais donc que cette histoire de Ben Hur était un gigantesque n'importe quoi destiné à nous vendre Jésus et son amour incommensurable pour la connerie humaine. Le remake fait le job ; les Romains sont vraiment des méchants qui aiment le sang et qui font "bouarg on aime trop le cul et le sang et l'or et on fout tout le monde en esclavage", Ben Hur est en colère, croise Bob Marley dans le désert, croise Jésus aussi, voit sa famille guérie de la lèpre car la pluie, quand Jésus meurt, ben elle guérit tout, la pluie, gagne la course, pardonne au méchant Messala qui en fait est juste un pauvre mec paumé et vive Jésus. Amen.

Le fond insipide étant réglé, au moins pouvais-je espérer du visuel, des plans, du cinoche. Las, c'est sombre et parfois vraiment bizarrement cadré. Las, en 2h on charcute à tout va le scénario parce on fait un péplum next Gen : 2h au max, après faut aller bouffer. Las, en dehors de cette bataille navale que je survends pour rester positif (j'ai dit que c'est complètement con une flotte grecque qui se jette contre Rome dans une Mare Nostrum expurgée des pirates depuis Pompée et une Grèce pacifiée depuis des lustres ?), rien à se mettre sous la dent. La course de char est insipide, plus proche du Tatooine effect "mettez les lunettes c'est en 3Dé" que d'autre chose. Ah si, visiblement on s'est intéressé à la topographie de Jérusalem pour insister sur les montagnes.

La véritable question c'est pourquoi ? Pourquoi toucher à Charlton Heston ? L'histoire est aussi niaise mais foutre, c'est du cinoche ! La course de char reste un moment incroyable de cinéma. Ici, la 3Dé suinte de christianisme larmoyant, à la limite de nous faire vomir. Morgan Freeman se paie une nouvelle salle de bain avec le cachet, ce qui devrait lui permettre aussi de se couper ses tifs de Bob Marley du désert. Reste Nazanin Boniadi ; charmante iranienne jouant une juive. Le message est beau. On retombe sur nos pattes. Pourquoi ? Pour se faire un peu de fric et pour vendre l'amour de son prochain. Ben Hur est une histoire très lue aux States. Limite une œuvre historique, une thèse de haute volée sur la Judée au début de notre ère. A se demander pourquoi Spielberg n'a pas encore racheté les droits.

"ENCORE UN MOT ET JE TE FAIS AVALER TA PATTE EN BOIS!!!"

Titre et conclusion tirés d'une vaste étude sur la flotte romaine et les dangers de la navigation dans l'antiquité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 445 fois
9 apprécient

Aqualudo a ajouté ce film à 3 listes Ben-Hur

Autres actions de Aqualudo Ben-Hur