Ziiiiip tchac

Avis sur Blow Out

Avatar Flagblues
Critique publiée par le

Rarement vu un film qui déployait autant les capacités du son au cinéma. Ou alors seulement Close-Up de Kiarostami. Blow Out et Close-Up. Up & out.
Le film de De Palma est d'une intelligence sans fin et je vous invite à lire d'autres critiques du site qui expliquent ça très bien. Je voulais simplement insister sur deux courts passages du film que je trouve particulièrement géniaux.

Le premier est visuel. Jack découpe les photos en rafale de Karp, en fait soigneusement un petit paquet et puis l'anime maladroitement. Le cadre est resserré sur le pouce de Travolta et son geste délicat. Film dans film, environ dix images par secondes filmé avec 24 images par seconde. C'est con j'ai vu une version restaurée en numérique du film, l'effet aurait été encore plus fort en 35 mm. Ce plan m'a bluffé. Jack Terry a littéralement besoin de cinéma pour s'en sortir, et il en crée. Tout le film est une déclaration d'amour de Brian De Palma au cinéma mais ce plan là m'a vraiment ému, au-delà du simple plaisir esthétique (la couleur de la peau filmée par Vilmos Zsigmond est toujours belle).

Le second est sonore. Il s'agit de la seule révélation sonore que je connaisse (qui ne soit pas simplement : "regarde c'est moi qui faisait le grand méchant loup au téléphone"). Dans la gare, Burke joue avec le fil de sa montre qui produit en gros le même son qu'un mètre ruban, quand tu le déploies puis le rétractes. C'était le son mystérieux du début ! Celui d'à travers les arbres, derrière la chouette hulotte. On sait bien que Burke était sur place au moment de l'accident, mais ce son n'avait pas été identifié. De Palma joue avec notre ouïe, avec notre mémoire sonore, et nous fait naturellement imaginer le moment où ce psychopathe de Burke attendait la voiture en jouant avec sa montre.
Ce passage est particulièrement beau parce qu'il est réservé au spectateur. On aurait pu penser que Jack entendrait ce son grâce au micro de Sally mais il n'en est rien ; lui a d'autres chats à fouetter que de se rappeler de ce son au moment où il l'entend (d'autant plus que le son est alors couvert par des cris). En plus d'être une astuce malicieuse et fortement évocatrice, cette révélation sonore démontre de l'importance que Brian De Palma prête à ses spectateurs. Ceux-ci ne sont jamais manipulés, De Palma joue avec eux, c'est une différence essentielle.

Un film tellement chouette qu'il a le luxe de me donner envie de voir ce qu'il présente comme un navet : les cinq minutes du film d'horreur au début, avec ses plans-séquences maladroits et sa stupidité font rêver. En même temps, c'est éclairé par feu Vilmos Zsigmond cité plus haut, et un dortoir de campus la nuit c'est fantastique en variations de lumière (en plus d'être fantastique tout court).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1849 fois
49 apprécient · 4 n'apprécient pas

Flagblues a ajouté ce film à 1 liste Blow Out

  • Films
    Cover Blublublu (2016)

    Blublublu (2016)

    Plus qu'en 2015. 2012 : http://sens.sc/S6NMF6 2013 : http://sens.sc/10Md4sX 2014 : http://www.senscritique....

Autres actions de Flagblues Blow Out