Requiem for a queen

Avis sur Bohemian Rhapsody

Avatar Draiv
Critique publiée par le

Je pense sincèrement que pour ce film, le scénariste s'est contenté de lire la page Wikipédia de Freddy Mercury pour y piocher allègrement des moments de vie sans chercher à faire quelque chose de cohérent. Il a ensuite copié collé les 4, 5 anecdotes choisies en écoutant du Queen à fond les ballons et s'est dit, satisfait de lui: "SCRIPT DONE".

La note donnée de 3/10 a fait l'objet d'un arbitrage un peu compliqué. J'aime beaucoup la performance de Rami Malek mais je déteste le reste du film.

Le réalisateur ne fait d'ailleurs pas beaucoup mieux que le scénariste. Bryan Singer enchaîne les lieux communs éculés sans grand intérêt: artiste incompris mais intransigeant, looser exclu qui se révèle grâce à son talent, arc narratif de déchéance et rédemption... A cela s'ajoute une narration épisodique très étrange et peu justifiée. Franchement, si Remi Malek ne se retrouvait pas avec une moustache à un moment, impossible pour moi de savoir combien de temps passe entre différentes séquences. Dans ce best of aléatoire des scènes de vie de Freddy Mercury, C'est très difficile de savoir également ce que le film veut que je retire de tout ça... : que Queen ait sauvé le LIVEAID en 1985 ?

Autre gros problème que j'ai eu avec le film: le traitement de la musique. Si certaines scènes de musique sont bien filmées (la séquence du LIVE AID est top quand le réalisateur nous montre Queen sur scène il faut l'avouer!), je trouve que l'utilisation de la musique dans le film relève de la paresse voir de la malhonnêteté intellectuelle. Retirez toutes les scènes de musique du film et toute la bande son de Queen. Qu'est-ce que vous obtenez ? C'est toujours la même histoire, les mêmes motivations, les mêmes relations entre les personnages. Vous avez juste retiré ce qui rend le film supportable.

Ca peut sembler étrange de proposer de retirer la musique d'un film sur Queen, mais c'est là tout l'argument: La musique n'est pas essentielle à ce film dans la mesure où rien ne repose dessus. Bryan Singer se contente de nous abreuver des Greatest Hits en nous collant des scènes qui ne racontent rien d'intéressant.
La séquence du LIVE AID illustre ce problème: elle est top quand on a Queen sur scène. C'est du Air Queen à son paroxysme et c'est jouissif. Mais pourquoi entrecouper de scènes du centre de dons du LIVEAID qui se retrouve inondé d'appels quand Queen performe ? C'est d'une part faux historiquement (et ce n'est qu'un aspect de ce problème de véracité dans ce film), d'autre part intellectuellement & émotionnellement insultant: A-t-on besoin de ça pour apprécier l'historicité de ce moment et vivre l'explosion d'énergie du groupe ?

Prenez à l'inverse un autre film (plus réussi) sur un musicien, comme Walk the line. Si vous retirez les scènes de musique, vous enlevez une partie de l'âme du film. Les relations entre les personnages évoluent au cours de ces scènes, leurs motivations sont révélées et la musique est essentielle à la narration du film (exemple: les duo June Carter/Johnny Cash, le live dans Folson Prison...).

Je ne suis pas contre l'utilisation de l'oeuvre de grands artistes pour rendre hommage à leur vie ou à leur génie: Si Ray n'a pas marqué les esprits, j'en garde un souvenir de film plutôt correct, même si un peu manipulateur. Mais là, j'ai vraiment l'impression que Bryan Singer profite injustement de la force de l'oeuvre de Queen pour nous vendre de la soupe avariée.

Heureusement, Rami Malek tire son épingle du jeu et sa performance lors des scènes de musique est assez incroyable. Mais encore une fois, c'est dur de ne pas être épique quand y'a du Queen en background: demandez à Christophe Lambert & Sean Connery, les Princes de l'univers.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 486 fois
3 apprécient

Autres actions de Draiv Bohemian Rhapsody