👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Whaou. Autant je m'attendais à un western singulier, autant j'étais loin d'imaginer ce qui m'attendait face à cet hallucinant « Brimstone », expérience de cinéma rarissime, qui plus est dans le paysage moderne. Ici, rien n'est conventionnel, surtout dans ce genre habituellement si codifié, voire balisé qu'est le western. Ça ne l'empêche pas de capitaliser sur d'indéniables qualités formelles : réalisation montrant avec force la violence du récit, très belle photographie, décors (notamment extérieurs) élégamment mis en valeur... Rien que pour ça, le film aurait eu un certain intérêt, mais c'est clairement son scénario et sa construction qui le font basculer dans une autre dimension.

Quand j'y repense, je trouve ça dingue. Dingue qu'un réalisateur aille aussi loin dans l'horreur, la perversité frôlant la gratuité mais pourtant toujours au service d'une histoire, de personnages où chacun a un rôle à jouer (dont un Kit Harington aussi convaincant qu'inattendu), multipliant l'impact que ces images peuvent avoir sur nous à travers cette crudité à la limite de l'insoutenable. Il y a toujours un propos à travers cela, l'inversion soudaine des « valeurs » à travers ce révérend

au-delà du Mal, figure quasi-fantastique dont on découvre les « origines » au fil des minutes.


Car une des autres très belles idées de l'œuvre est de proposer cette narration

en chapitres, nous faisant à chaque fois remonter un peu plus dans le passé de l'héroïne afin de comprendre comment celle-ci a pu se retrouver dans cette situation.


Une sorte de

« Memento »


(en beaucoup moins resserré et encore avec Guy Pearce!) de l'Ouest, offrant à coup sûr l'une des pires ordures que j'ai eu l'occasion de voir au cinéma (top 50 direct) : celui d'un

père, violent, incestueux, cruel, prêt à tout détruire sur son passage pour atteindre son but


(Pearce, donc, bon sans s'imposer comme une évidence pour le rôle). C'est clair (ou du moins le devient au fil des minutes), habile, cohérent, parfois vraiment original et incroyablement choquant (au bons sens du terme) dans la douleur, la terreur imposées à des innocentes, à l'image de cette belle héroïne incarnée avec sensibilité par Dakota Fanning.

En revanche, bien qu'assez audacieuse, il ne me paraissait pas nécessaire d'en

rajouter une dernière couche à travers cette fin déprimante (ayant au moins l'intelligence de garder une petite lueur d'espoir) : je crois que cette chère Joanna avait encaissé assez de coups pour plusieurs vies entières sans la condamner à mort...


Maintenant, voilà une sacrée claque envoyée par une production franco-néerlandaise (!!), faisant fi de la bienséance pour imposer un amour du cinéma (sous forte influence « La Nuit du chasseur ») et un « malaise salvateur » : de quoi raviver la flamme du septième art dont les amateurs sont si souvent privés depuis de nombreuses années. Éprouvant, marquant.

Caine78
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs films de 2017

il y a 2 ans

3 j'aime

Brimstone
Franck_Plissken
10
Brimstone

The Reverend (Paint My Face)

Voilà donc un film qui va jusqu'au bout de son sujet et ne prend pas de pince pour y arriver. Au vu de certains critiques (ici et ailleurs), Brimstone (j'aurais préféré le titre "The Reverend", tant...

Lire la critique

il y a 5 ans

51 j'aime

11

Brimstone
Théloma
4
Brimstone

Quand père fouettard fâché lui toujours faire ainsi

"Monsieur le pasteur vous êtes un salaud !" C'est le moins qu'on ait envie de dire, (parodiant le regretté Thierry Roland), au vue de la longue, très longue liste de brimades, humiliations, crimes et...

Lire la critique

il y a 4 ans

36 j'aime

22

Brimstone
mymp
5
Brimstone

Prêchi-prêcha

Encore inconnu dans nos contrées sauvages malgré une carrière déjà prolifique, au cinéma et à la télévision, dans son pays qui est le sien (les Pays-Bas), Martin Koolhoven a droit aujourd’hui aux...

Lire la critique

il y a 5 ans

32 j'aime

1

Mourir peut attendre
Caine78
4

Attente meurtri(ère)

Cinq ans d'attente, avant que la crise sanitaire prolonge d'une nouvelle année et demie la sortie de ce 25ème opus, accentuant une attente déjà immense due, bien sûr, à la dernière de Daniel Craig...

Lire la critique

il y a 7 mois

25 j'aime

30

Downton Abbey
Caine78
5

Fin de série

Projet longtemps évoqué avant d'être enfin finalisé, je pensais (un peu naïvement) qu'offrir une fin sous forme de long-métrage à « Downton Abbey » était une bonne idée, n'ayant pas été spécialement...

Lire la critique

il y a 2 ans

19 j'aime

2

Dune
Caine78
7
Dune

La Grande Aventure Leto

Cela restera une vraie question pour moi : ai-je eu raison de revoir la version de David Lynch seulement quelques jours avant celle de Denis Villeneuve ? Ce qui me semblait être une bonne idée sur le...

Lire la critique

il y a 8 mois

18 j'aime

12