👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Quand on a grandit avec Cédric Klapisch, que Cédric Klapisch sort un nouveau film, que ce film se passe en Bourgogne et parle de vin, qu'il se déplace à France Inter pour en parler, qu'il n'en parle pas à Éva Bettan mais à François-Régis Gaudry, le dimanche matin, dans l'émission de radio gastronomique "On va déguster", que son passage et que les extraits entendus vous enthousiasment... hé bien, vous ne pouvez évidemment rien faire d'autre que d'aller le voir, ce nouveau Klapisch.

Bref, j'ai été voir "Ce qui nous lie"... et j'ai beaucoup aimé :)

Le film se passe donc en Bourgogne, durant toute une année. Pas moyen de faire moins, évidemment, c'est le temps de la vigne. On y suit une fratrie, 2 frères et une sœur :


  • L'ainé revient après 10 ans d'absence, dont 5 ans de silence. L'ainé revient de l'autre côté du Monde car son père est à l'hôpital, en train de mourir.

  • La cadette est restée, fidèle à son père et au domaine viticole familial. Se faisant une place, tout en finesse, dans un monde encore assez masculin.

  • Le benjamin est marié et jeune papa. Il a une belle famille, également propriétaire. Il cherche un équilibre, il cherche sa place, comme souvent les benjamins.


Tout en finesse, avec beaucoup de psychologie et juste ce qu'il faut d'humour, Cédric Klapisch mêle, tout au long de cette année, le récit de la vigne aux histoires d'amours des uns et des autres : l'amour, parfois maladroit, d'un père à ses enfants, l'amour qui lie une famille à sa terre, l'amour que tous portent à la vigne et au vin...

"Ce qui nous lie" parle de transmission, le domaine y est l'un des personnages principaux. On comprends que chacun a besoin de trouver son équilibre. On se rends compte qu'il est parfois difficile de grandir, de s'émanciper, d'accepter ses racines pour mieux les transmettre.

Presque 2h plus tard, plus d'un an a passé et on en est tout étonné. On a passé un excellent moment, mais on sent confusément que le sujet n'a été qu'effleuré et que nous pourrons encore en profiter pendant un bon moment. Bref, un bon cru, qui se déguste comme il se doit, mais qui a de la longueur en bouche. Comme un premier cru de Bourgogne.

zemoko
9
Écrit par

il y a 5 ans

13 j'aime

Ce qui nous lie
mymp
2

Klapisch kaput

Le point de départ du nouveau Cédric Klapisch (écrit avec Santiago Amigorena, le complice des débuts) ressemble étrangement à celui de Six feet under, la série culte des années 2000, mais ramené au...

Lire la critique

il y a 5 ans

22 j'aime

4

Ce qui nous lie
JorikVesperhaven
8

Une comédie dramatique touchante et drôle, pleine de chaleur humaine, pour un Klapish en grande form

Cédric Klapish s’est essayé à de nombreux genres durant sa carrière mais force est de constater qu’il n’a pas son pareil lorsqu’il fait le choix de croquer des tranches de vie dans leur plus simple...

Lire la critique

il y a 5 ans

21 j'aime

1

Ce qui nous lie
Plume231
4

Mauvais cru !

Mouais, 2017 ne sonne pas pour moi comme un grand millésime pour le cinéma de Klapisch. Et oui, je compte impitoyablement ponctuer cette critique de jeux de mots bien pourris ayant l’œnologie pour...

Lire la critique

il y a 1 mois

17 j'aime

5

Ce qui ne me tue pas - Millénium, tome 4
zemoko
9

Ce n'est pas du Stieg Larson... mais c'est un très bon roman

Est-ce que c'est du Stieg Larson ? Non, bien évidemment que non. Est-ce que c'est grave ? Pas tant que cela... Bon, d'accord, le fait d'avoir lu les premiers "Millenium" voici déjà quelques années a...

Lire la critique

il y a 6 ans

11 j'aime

2

Temps glaciaires
zemoko
9

Commissaire, ne changez pas, restez comme vous êtes !

Disclaimer : je suis fan de Fred Vargas et j'adore l'Islande... donc, attention, ma critique et la note que je donne à ce livre sont sans doute biaisés. Vous êtes prévenus. Ceci étant dit, j'ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

Ecoute la ville tomber
zemoko
8

Une ville en plein burn-out

« Écoute la ville tomber » est le premier roman de Kate Tempest dont on me dit quʼelle serait une rappeuse anglaise déjà connue et reconnue dʼune trentaine dʼannée (ce que je veux bien le...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime