Jupe, mafia et saxophone

Avis sur Certains l'aiment chaud !

Avatar Cmd
Critique publiée par le

Quand un duo de musiciens de jazz peine à se faire embaucher dans une Chicago glacé pendant la prohibition, que ce même duo a les poches percées, qu'il est composé de deux acteurs pleins de charisme (un Tony Curtis que je retrouve avec plaisir après le Grand Chantage, playboy fauché, le regard sombre, magnétique tandis que Jack Lemon reçoit un rôle comique où on voit bien qu'il prend ses aises en grande folle, entre son inquiétude exagérée et ses coups de folie pusillanime), le cadre se pose peu à peu et c'est avec un plaisir non feint que nous les suivrons dans leurs péripéties.

Ils perdent un premier boulot dans un bar illégal, supplient partout pour en obtenir un autre et assistent alors par hasard à une exécution mafieuse, il ne reste alors que la mort ou l'exil tandis que la pègre ratisse Chicago à la poursuite de ces témoins, obligeant nos malheureux compères à la dernière des extrémités : se déguiser en femmes pour partir en Floride avec un orchestre féminin !

Les acteurs étaient déjà au rendez vous, c'est la mécanique des gags qui peut alors véritablement se mettre en route, entre le loup dans la bergerie qui salive à la vue de ces jambes et de ces sourires, ces mains baladeuses, ce voyage en train et les millionnaires excentriques, on développe un ton naïf et théâtral, on pochtrone sans remords et on danse le tango jusqu'au bout de la nuit.

Et dans tout ça, il y a un peu de jazz, il y a une voix suave, un regard innocent, dans tout ça il y a Marilyn. Je dois avouer que c'est mon premier film en sa compagnie, je pensais dédaigneusement que sa réputation était bien usurpée, que son visage et sa plastique ne valait que le fantasme populaire, mais on ne saurait échapper à ces grands yeux innocents et larmoyants, à cette bouche et à ces sourires. Le personnage n'est pas d'une intelligence rare mais il est touchant, à tomber dans les bras des saxophonistes et à vouloir commencer une collection de coquillages.

Réussissant grâce à cet ensemble à tenir son rythme et ses promesses, Some Like It Hot mêle avec habilité comédie romantique, gags classiques et efficaces, comique de situation et une touche de romantisme. Billy Wilder ne se prend pas toujours au sérieux, il n'hésite pas à utiliser le coté bouffon de certains personnages et à les faire s'adresser au public, moyen traditionnel mais efficace de nous impliquer et nous faire rire : personne n'est parfait.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1218 fois
37 apprécient · 1 n'apprécie pas

Cmd a ajouté ce film à 1 liste Certains l'aiment chaud !

  • Films
    Cover Second millénaire, année XIII

    Second millénaire, année XIII

    On y centralisera toutes les découvertes de cette année, éventuellement les redécouvertes importantes. On y notera plus ou...

Autres actions de Cmd Certains l'aiment chaud !