Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Certains l'aiment chaud est à la comédie ce que le petit travailleur chinois surexploité est à la multinationale véreuse : une aubaine. Infatigable, toujours précis, ce film est un pur bijou de la comédie comme il n'en existe que trop peu à mon goût. La scène d'ouverture est à l'image du film : une course poursuite endiablée sur fond de prohibition et de mafia, une course poursuite qui ne s'arrêtera pas pendant deux heures haletantes et jouissives. Billy Wilder maîtrise sa partition de bout en bout : la photographie est soignée, la mise en scène est minutieuse, tout est parfaitement rythmé. Et si dès le début le duo Tony Curtis/Jack Lemmon fonctionne à merveille et fait rire, l'hilarité s'intensifie de minute en minute, lorsque les deux compères se déguisent en femmes et se retrouvent dans le wagon couchette au beau milieu d'une vingtaine de jeunes filles très peu vêtues dont une Marilyn Monroe resplendissante, sans parler des nombreux comiques de situation tous plus croustillants les uns que les autres. C'est une comédie fraîche, enlevée, jamais lourde, toujours bien pensée et au vitriol.
Et d'ailleurs, le vitriol éclabousse le conformisme guindé des années despotiques du code Hays : les tenues légères sont de mises, Marilyn est (dé)vêtue de robes toujours plus échancrées et transparentes, le travestissement poussé à son paroxysme :


Jack Lemmon termine le film en étant supposé épouser un septuagénaire millionnaire pas farouche quand même !!


Et je n'ai pas encore parlé des baisers langoureux que Marilyn donne à Tony Curtis qui ne sont plus des pieds-de-nez mais de véritables doigts d'honneur au code Hays et à la bien-pensance pédante et étriquée des années cinquante.


Ce film est enjoué, beau, drôle, juste et contrôlé, un immense chef-d'oeuvre de la comédie. Tout est parfait dans ce film, je ne lui trouve pas de défauts, il est critique sans être moralisateur, drôle sans être lourd, enjoué sans être niais, bref, c'est une excellentissime comédie.

Créée

le 19 mai 2015

Critique lue 2.5K fois

65 j'aime

12 commentaires

Xavier Petit

Écrit par

Critique lue 2.5K fois

65
12

D'autres avis sur Certains l'aiment chaud !

Certains l'aiment chaud !
Sergent_Pepper
9

Some bite it hot

Questionner la comédie, c’est faire face à bien des paradoxes, au premier rang desquels on prendra la mesure de la délicatesse d’un procédé qu’on croit pourtant immédiat et spontané. La réussite...

le 27 mars 2019

65 j'aime

7

Certains l'aiment chaud !
Watchsky
10

Les recettes du cinéma

Dans un livre de cuisine, vous trouvez la recette d'un plat cinématographique... « Certains l'aiment chaud » par le chef Wilder Temps de préparation : 120 minutes Ingrédients principaux : -...

le 11 mars 2016

62 j'aime

14

Certains l'aiment chaud !
LongJaneSilver
10

Wait for Sugar !

Je crois que c'est le premier Wilder que j'ai vu, enfant, grâce à la grand-mère d'une amie, qui nous montrait de vieux films avant de nous emmener au conservatoire. J'imagine que c'est pour cela que...

le 24 nov. 2013

54 j'aime

1

Du même critique

Cannibal Holocaust
Xavier_Petit
7

"I wonder who the real cannibals are..."

Pour commencer, je tiens à dire que je n'ai pas vu la version d'une heure et vingt-six minutes, mais celle, sans aucun cut, d'une heure et trente minutes. Cela peut sembler insignifiant, mais après...

le 1 avr. 2015

56 j'aime

6

Zootopie
Xavier_Petit
5

Le plus Disney de tous les Disney

Aaaaah Zootopie ! Ce film c'est d'abord une bande-annonce, drôle au possible, qui (comme souvent) promet beaucoup mais révèle un peu trop. J'ai pu entendre ou lire par-ci par-là que c'était sans...

le 19 mars 2016

47 j'aime

18

Citizen Kane
Xavier_Petit
10

"Il n'y a pas de mots pour résumer la vie d'un homme."

Depuis que je m'intéresse au cinéma, j'entends parler de ce film, celui que beaucoup présentent comme "le plus grand film de l'histoire du cinéma". Il doit être au sommet de ma liste de film à voir...

le 20 mars 2015

44 j'aime

9