Chappie chipotte

Avis sur Chappie

Avatar Le Rêveur
Critique publiée par le

Aaaah Chappie, rare de trouver un film de SF aussi contrasté, un peu comme un de vos gâteaux préféré qu'on aurait fait délicieux mais gâché par des grumeaux...

Neill Blomkamp nous emmène une fois de plus dans une Afrique du sud du futur qui mêle techno futuriste et townships crades, des scènes d'actions bien foutues et des héros pas forcément têtes de gondole pour la vocation, une réalisation au poil et des discours sous jacents positifs et saupoudrés avec la légèreté d'un bombardement de B52. Ici après la métaphore de l'apartheid de District 9, celle sur les inégalités de Elysium, on a une superbe histoire sur la conscience, le libre arbitre et accessoirement la mort.

Effet spéciaux superbes, musique qui fait le job, casting pas mal même si stéréotypé (ancien militaire bodybuildé contre nerd idéaliste). Chappie est superbement fait et interprété, certains passages sont assez drôles. On aurait pu se passer de Die Antwoord aussi bien musicalement qu'au niveau acteur dans ce film mais ils ne vont pas jusqu'à le gâcher. Je me demande encore quelle mouche a piquée Blomkamp de leur donner un rôle aussi grand, c'est comme si Cameron avait pris Ice T pour Avatar. En plus il en a bavé, visiblement le tournage avec le chanteur qui interprète Daddy a été tendu à cause de sa personnalité disons... connardesque.

Alors pourquoi cette partielle déception ? Si la trame de l'histoire est bien traitée (un bon mix entre Short Circuit mais en moins pour les enfants et Robocop mais en plus pour les enfants), dans le détail les grumeaux de l'incohérence vous restent en travers de la gorge et vous devez les recracher un par un. Attentions spoilers:

  • Un centre de recherche et de production de robots armés dans lequel on entre et on sort comme dans un moulin (je compte plus le nombre d'allées venues du créateur de Chappie avec des robots, des armes, des puces ultra sécurisées) alors que la ville est censée être un coupe gorge de gangs assoiffés de sang et voulant mettre fin aux robots policiers. Virez moi tout de suite le chef de la sécurité et accessoirement le scénariste.
  • De même Hugh Jackman le méchant de l'histoire met hors service tous les robots pour imposer le sien depuis le même centre. La police arrive une éternité plus tard et notre méchant sort avec un sourire aux lèvres... Personne ne lui pose une petite question ? Aucune enquête les jours suivants ? Wtf ?
  • La base du gang idem, pas un policier est foutu de les trouver alors qu'ils ont la discrétion d'une division panzer.
  • Dev Patel passe un 30s du statut d'otage à l'espérance de vie très courte à celui d'oncle indésirable avec droit de visite sur son bébé, wtf bis.
  • Quand a Sigourney Weaver en patron branché pognon, elle ignore deux projets fantastiques qu'on lui amène sur des plateaux d'argent sous prétexte que ça sort de son marché principal qui est les roboflics: robot géant parfait pour l'armée et intelligence artificielle parfaite pour tout le reste. Sacré entrepreneuse !

Bref je pourrais continuer comme ça longtemps, si l'hommage à Robocop et Short circuit est bien réalisé (la confrontation finale qu'on attend depuis le début entre le clone de l'ED209 et Chappie est le point d'orgue du film), à la fin y'a trop de grumeaux, et on fini agacé même face à tant de bonne volonté de nous faire notre gâteau préféré.

J'ai du coup peur que le futur Alien 5 de Blomkamp ressemble furieusement au 4 ou à Prometheus et pas au 2 (même si je pense qu'il ne nous infligera pas le 3). Y'a plus qu'à prier...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 220 fois
3 apprécient

Le Rêveur a ajouté ce film à 3 listes Chappie

Autres actions de Le Rêveur Chappie