Lorsque l'usine Burton tombe en panne

Avis sur Charlie et la Chocolaterie

Avatar Les Archives  du Tutur
Critique publiée par le

Voila un des films de mon enfance, mon premier Tim Burton et le premier film contenant Johnny Depp, et pour se souvenir du bon vieux temps, j'ai décidé de le revoir. Pour vous mettre dans mon contexte, voila ce que je m'imaginais: étant un des films de mon enfance, je ne m'attendais pas à un film énormément philosophique ni exceptionnel, mais bon sans plus. Mais il est réalisé par le grand Tim Burton, un de mes cinéastes favoris dont j'ai découvert l’œuvre grâce à exceptionnel Ed Wood, dont l'acteur principal est justement Johnny Depp, sans oublier la présence de Danny Elfman à la musique, donc avec d'aussi grands hommes au générique, je ne pouvais m'attendre qu'au meilleur.
Seulement voila, ce film reste ma plus grande déception cinématographique à ce jour, car même s'il reste un film plus que correct, mais avec un aussi beau monde au générique, on ne doit pas se limiter au plus que correct. Ce n'est pas un film comme Matrix 3 ou Indiana Jones 4, contre lesquels tout le monde a conspué (à raison d’ailleurs) et conspue encore, non c'est un film qui est apparu et a disparu, noyé par les chefs d’œuvres des artistes ci-dessus, je n'était donc absolument pas préparé à ce qui allait suivre.
Commençons donc par ce qui rend ce film bon, car reconnaissons le, la direction artistique de ce film est sans tache. Le numérique rend toutes les hallucinants décors dont Tim Burton nous abreuve depuis toujours, encore plus fantastique et permet des prouesses visuel en matière de divertissement, sans compter le contraste bariolé-sombre qui tient tant à cœur à Tim Burton. Puis, comme d'habitude, la musique hypnotiseuse de Danny Elfman qui accompagne les décors de Burton rend ce voyage très beau visuellement. Mais que seraient ces deux messieurs sans la présence du troisième mousquetaire Johnny Depp, acteur fétiche de Tim Burton, qui remplit encore une fois son cahier des charges de manière exceptionnelle.
Un des problèmes de ce film est la présence trop discrète des fameux décors bariolé-sombre, d’habitude étant omniprésent dans les films de Burton, ils perdent donc une grande partie de la symbolique, qui reste tout de même présente, qu’ils représentaient dans la filmographie du réalisateur.
Voila maintenant ce qui fait descendre la note au niveaux de seulement six sur dix, les personnages. Même si le personnage de Willy Wonka est plutôt bien dosé et ceux de la famille Becket tiennent leur rôle de personnes effacées, il convient de dire que les autres personnages sont insupportables, dans l’ordre inverse des exclusions. Si l’intention est louable, elle est disproportionnée, et le personnage de Mike Teevee est le personnage le plus agaçant de tout les films qu’il m’a été donné de voir, et durant les trois quarts du film, on n’a envie que de le jeter dans le chocolat et de le laisser dans la cuve. Et je ne me pencherais donc pas sur le scénario, ce film étant un remake fidèle.
Ce film est donc loin d’être un navet, ni un nanar, mais est un film qui disparaitra d’ici peu car si il reste correct, il est trop mauvais pour être reconnu parmi les Tim Burton.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 372 fois
1 apprécie

Autres actions de Les Archives du Tutur Charlie et la Chocolaterie