Avis sur

Cheval de guerre par Mordraen

Avatar Mordraen
Critique publiée par le

Chaque nouveau film de Steven Spielberg est un événement en soi, même si le sujet choisi par le maître ne nous parle pas à première vue. Après l'excellent Tintin sorti en octobre 2011, voilà qu'il revient à l'affiche avec Cheval de Guerre un long-métrage tourné à l'ancienne qui peine à convaincre.

A l'aube de la Première Guerre Mondiale, Albert est un jeune adolescent dont le père achète un cheval nommé Joey. Albert va se prendre d'amitié pour la bête et le dresser jusqu'à ce qu'il puisse labourer les champs de la famille. Jusqu'au jour où l'effort de guerre va les séparer, Joey va servir dans la cavalerie impériale tandis qu'Albert s'enrôle dans l'infanterie britannique. Albert retrouvera-t-il son amis à quatre fers?

Bon, soyons honnête, l'histoire que nous raconte Steven Spielberg dans Cheval de Guerrea du mal à nous prouver son intérêt. Tout d'abord, le film est très long pour pas grand chose. On nous met en place pendant beaucoup trop longtemps l'amitié du maître et son cheval à grand renfort de scènes quotidiennes de la ferme rendues artificiellement épiques. L'effet de style est là, certes, mais la sauce ne prend pas.

Pas plus que ce ramassis de clichés de la guerre avec, bien évidemment, ces deux soldats britanniques et allemands qui se réconcilient le temps de libérer le cheval d'un piège. Pardonnez moi l'expression mais on le voit arriver à dix kilomètres avec ses grands sabots (ça y est, je l'ai faite celle-là). Le film n'est pas en réalité un film de guerre, on nous envoie une ou deux scènes d'assauts dans le no man's land histoire de, mais le propos n'y est pas.

Cheval de Guerre c'est la volonté de raconter une histoire d'amitié homme/animal avec des moyens traditionnels, avec le moins d'effets spéciaux possibles. On appréciera donc, bien évidemment, la prouesse technique du dressage des chevaux et la beauté de certains plans tout comme le travail de la photographie.

En revanche, on sera un poil déçu par les capacités d'un Jeremy Irvine particulièrement pénible. Malgré le reste du casting plutôt classe tout de même (David Thewlis, Niels Arestrup, Emily Watson) on regrettera le choix de faire parler les personnages français et allemands en anglais à grand renfort d'accent pourri plutôt que de laisser les acteurs briller dans leur propre langue...

Pour finir, Cheval de Guerre n'est pas une réelle déception puisque je n'en attendais rien. Et j'ai bien fait puisqu'au final, le film nous passe un peu au-dessus de la tête. Là où Spielberg aurait pu nous surprendre en rendant ce sujet particulièrement intéressant, on reste en réalité de marbre.

Plus de 150 critiques sur http://www.vues-subjectives.fr/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 231 fois
1 apprécie

Autres actions de Mordraen Cheval de guerre