Le Cheval, Le Cheval, Le Cheval C'Est Génial

Avis sur Cheval de guerre

Avatar Paplard
Critique publiée par le

Après nous avoir offert deux films d'aventure avec le 4ème volet des aventures d'Indiana Jones et le film d'animation sur Tintin, Steven Spielberg décide de réaliser un film de guerre au ton beaucoup plus classique. C'est après avoir vu la pièce de théâtre War Horse, tirée du roman de Michael Morpurgo, qu'il décide de l'adapter sur grand écran.

L'histoire prend place lors de la Première Guerre Mondiale et se concentre sur l'amitié entre un jeune homme nommé Albert et son cheval Joey. Cette amitié sera mise à rude épreuve lorsque Joey sera vendu à la cavalerie britannique et envoyé au front. Dès lors, Albert décidera de s'engager, bien qu'il soit trop jeune, afin de retrouver Joey.

La première partie du film est très poussive. Alors oui, c'est très beau, Spielberg filme très bien la campagne anglaise, mais le problème c'est qu'il veut déjà en faire des tonnes dès le début et trop être tourné vers le sentimentalisme pur et dur. Les personnages qui nous sont présentés sont aussi trop caricaturaux.

Heureusement, à partir de la deuxième partie, le film s'améliore et devient enfin un minimum captivant et beaucoup plus intéressant. Je n'ai pas trouvé l'ensemble des personnages mauvais mais ils sont loin d'être attachants, notamment le protagoniste principal Albert joué par Jeremy Irvine. Sauf peut-être pour le grand-père interprété par Niels Arestrup qui est un acteur que j'apprécie particulièrement. Le personnage le plus attachant reste le cheval Joey, le vrai héros de ce film que Spielberg transforme en créature quasi divine. Ce qui est intéressant aussi dans le film, c'est de voir la guerre à travers les yeux de ce cheval, censé représenter ses millions de congénères qui ont comme les soldats vécu l'horreur et la barbarie des conflits humains.

Malheureusement, à très peu de moments on se sent emporté par un véritable souffle épique qui devrait transparaitre dans ce genre de film. Dommage qu'il n'y ait pas eu plus de moments comme la partie dans les tranchées qui est clairement le meilleur élément du film. J'ai aussi beaucoup apprécié la scène où Joey est piégé dans les lignes barbelées et que deux soldats ennemis décident de faire une courte trêve et de s'allier afin d'aider l'animal.

Ce qui sauve en grande partie le film, c'est la mise en scène de Spielberg, qui arrive toujours à être inventive et bien pensée, comme avec l’exécution près du moulin ou encore lors de la charge du camp allemand. Il arrive aussi à faire du paysage un véritable personnage, certainement le meilleur du film après Joey. Sa mise en scène permet au moins de cacher certains artifices scénaristiques. Sans oublier l'excellente photographie de Janusz Kaminski, qui opte pour des tonalités chaudes et une imagerie jamais lugubre même dans les moments les plus tragiques. Sur la composition de John Williams, elle ne présente malheureusement pas un grand intérêt. Par contre, il faut souligner le travail fantastique qui a été réalisé avec les chevaux durant le tournage.

Malgré une mise en scène et une photographie maîtrisé, War Horse comporte bien trop de maladresses, notamment dans le scénario et l'écriture des personnages pour être une œuvre pleinement réussie. Cela est peut-être dû au fait que Steven Spielberg a pris le parti pris d'être plus proche du conte que du véritable film de guerre. War Horse restera un film mineur dans sa filmographie. Il a néanmoins le mérite de rendre hommage aux huit millions de chevaux morts durant la Première Guerre mondiale.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 146 fois
3 apprécient

Paplard a ajouté ce film à 2 listes Cheval de guerre

Autres actions de Paplard Cheval de guerre