👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Citizenfour est un documentaire qui fait froid dans le dos parce qu'il confirme les craintes légitimes qui peuvent être celles de tous ceux qui participent à la construction du flux de données qu’est internet. Mais en élargissant la problématique de l’intrusion dans nos vies privées à nos conversations téléphoniques, aux appareils électroniques qui nous entourent quand ces derniers peuvent potentiellement devenir des moyens d’écoute, Laura Poitras contamine son audience d’une fièvre de paranoïa aiguë qui fait froid dans le dos. Dès lors se pose la question du crédit que l’on peut accorder aux images, mais il est certain que la vérité, dans le cas présent, n’est pas vraiment ailleurs.

Malheureusement, à ce fond dense et intéressant s’associe une mise en scène sans âme, une réalisation peu inspirée qui multiplie les longs plans fixes lorsqu'il n'y a pas de prise de vue sur le vif, et les cadrages incertains lorsqu'il est question de filmer Snowden. Le parti pris d’une caméra brute qui ne s’embarrasse pas de la lumière peut se défendre, mais lorsque son cadre bancal, qui cherche son sujet avec peine (les visages coupés, des gros plans sur des mains, des ordinateurs, qui ne racontent rien …), devient un langage à part entière, cela pose un problème. L’effort d’être authentique se ressent un peu trop, et à la place du naturel recherché pour rendre compte de l’oppression des situations, on en arrive à imaginer la réalisatrice en train de se tordre dans tous les sens pour trouver le faux plan bancal qu’il lui faut.

C’est pourquoi il est bien difficile de se prononcer sur la qualité globale de citizenfour. Si on ne le juge que pour son fond d’investigation et la problématique sensible qu’il soulève, alors on est devant une belle réussite, ou au moins un film nécessaire qui pose des questions fondamentales. Mais si on s’attarde sur sa mise en œuvre formelle, c’est une toute autre histoire, et elle est un peu moins flatteuse, malheureusement. De quoi rebuter tous les non connectés que le sujet ne passionne pas vraiment, ce qui est bien dommage parce qu'ils sont peut-être ceux à qui s'adresse en priorité ce genre de mise en garde.

oso
6
Écrit par

il y a 6 ans

13 j'aime

2 commentaires

Citizenfour
ghyom
8
Citizenfour

A travers le PRISM de Laura Poitras.

« Citizenfour » ne cherche pas à expliquer le fonctionnement de l’espionnage systématique massif mis en place par la NSA et le gouvernement américain. Il ne cherche pas non plus à condamner et à...

Lire la critique

il y a 7 ans

56 j'aime

7

Citizenfour
DoubleRaimbault
5
Citizenfour

Le spectacle de l'Histoire

Étrange documentaire... Oui, étrange vraiment. Bien entendu, il n'était pas question d'aborder en détail les mécanismes complexes des vastes programmes de surveillances américains et britanniques,...

Lire la critique

il y a 7 ans

45 j'aime

10

Citizenfour
Tocotoc
8
Citizenfour

They see me leakin', they hatin'... (avec spoilers)

Nous sommes au début de l'année 2013, la réalisatrice de documentaires Laura Poitras, célèbre pour ses films sur les actions des Etats-Unis après le 11 septembre 2001, commence à recevoir des emails...

Lire la critique

il y a 7 ans

33 j'aime

3

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

15

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8