Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher réponses aux expérimentations visuelles qui envahissent le cadre.


Si certaines pistes semblent se dessiner en début de film, il ne sera nullement question pour Jonathan Glazer de livrer un début de réponse, ou tout au moins d’initier une vraie réflexion, bien trop occupé qu’il est à essayer de trouver une certaine cohérence à ses images. En témoigne un dernier acte bancal dans lequel il cherche maladroitement un point d’appui qu’il construit à grand coup d’anthropomorphisme bas du front visant à rendre sympathique cette saloperie de mutante qui s’est employée avec application à buter du jeune homme vigoureux pendant toute la première moitié du métrage.


Partagé entre tics d’auteur et séquences plus poignantes, qui parviennent à surmonter leur initiation balourde par un déroulement émouvant, comme cette noyade faite de désespoir qui saisit à la gorge autant qu’elle semble surgie de nulle part, Under the skin est un film particulier, mû par une intention que l’on devine sincère, mais portée par une inspiration qui, bien vite, vacille. Et lorsqu’elle vient à manquer, l’image audacieuse mais inutile s’impose en dernier recours, comme ces séquences surréalistes illustrant l’élimination de victimes qui s’enlisent dans une dimension inconnue, une érection pimpante étant de circonstance pour initier chaque disparition (ben ouais quoi, faut quand même bien faire comprendre à ce lourdeau de spectateur qu’ils se font happer par leur désir, par leurs pulsions de faible poupée de chair et de sang).


Quant à Scarlett, ah Scarlett, celle qui fait tant chavirer les cœurs, elle n’a jamais été aussi peu mise en valeur, chaque prise de vue accentuant son physique trapu de lutteuse russe (ouh le vilain troll ! ^^). Une performance à saluer de la part de la jeune actrice, qui se met en danger avec ce genre de rôle et rachèterait presque sa collaboration récente avec la famille Marvel.


Si je comprends qu’on puisse rejeter en bloc ou aduler la proposition de Jonathan Glazer, je me place, pour ma part, entre les deux sentiments. J’ai apprécié l’effort que fait le jeune réalisateur pour proposer quelques expérimentations visuelles étonnantes (cette peau que l’on ôte, ces corps qui s’évaporent dans un environnement autre), tout comme j’ai détesté son maniérisme thématique et sa constante dérobade dès lors qu’il est question d’assumer un peu plus son propos. Sans oublier ces longueurs perpétuelles, comme s’il était inconcevable d’expérimenter sans ennuyer péniblement son audience, du genre, tiens SOUFFRE EN SILENCE, manant ! C’est gavant à la fin !

oso
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste L'ours, Homo Video, en 2014

Le 7 décembre 2014

74 j'aime

17 commentaires

Under the Skin
Rawi
8

Poème érotique

Le film s'ouvre sur un oeil, un regard qui se forme, une langue qui se prononce maladroitement. Fond noir ! L'intérêt majeur de cette adaptation est son ACTRICE principale. A la fois très connue,...

Lire la critique

il y a 8 ans

126 j'aime

33

Under the Skin
Marthe_S
5

Une eau peu profonde

"C'est une eau peu profonde", dit un personnage de Claudel à propos d'un autre personnage, qui manifestement lui semble idiot. J'aurais voulu trouver une formule aussi mordante pour donner mon avis...

Lire la critique

il y a 8 ans

117 j'aime

17

Under the Skin
Velvetman
10

L'habit ne fait pas l'humain

Under the skin est un film indéfinissable, parfois indéchiffrable. Un point lumineux s’agite autour de formes obscures. La musique se fait assourdissante, se pose alors devant nous, une sorte de...

Lire la critique

il y a 7 ans

91 j'aime

9

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

81 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

74 j'aime

17

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8