Advertisement

« Rhapsody in black »

Avis sur Cold War

Avatar CineFiliK
Critique publiée par le

Le compositeur Wiktor remarque très vite le charme piquant de Zula, jeune choriste au passé trouble. Elle est la femme de sa vie. Il sera son homme. Mais le temps et l’histoire chahuteront leur destinée commune.

Un chant traditionnel, éructé plus mal que bien par un vieux paysan polonais, déchire l’écran. En 1949, le pays, broyé par la guerre, se doit de retrouver ses racines. Pour en être fier, on fait interpréter ce folklore local par une jeunesse campagnarde choisie, belle et harmonieuse. Le spectacle séduit la foule et les instances communistes. L’art populaire devient propagandiste. De quoi encourager la fugue. Quelques années plus tard, à Paris, c’est le jazz et le rock qui libèrent les esprits. On danse, le temps d’oublier. Malgré les peines et les trahisons, l’envie, encore et toujours, d’aimer et de chanter.

Paweł Pawlikowski aligne les perles blanches sur un fil noir. Contrairement à Ida, son film précédent, ce collier d’images sublimes n’emprisonne pas son sujet dans un carré fixe et asphyxiant, chaque scène étant animée par la musique. A coups d’ellipses vivifiantes, qui mêlent le drame à l’enjoué, il compose une rhapsodie passionnelle et bouleversante, dédiée à ses chers parents.

8/10
twitter.com/cinefilik
cinefilik.wordpress.com

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 899 fois
9 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de CineFiliK Cold War