Augustin Pietron

@oggy-at-the-movies

Homme, 19 ans, United Kingdom | Twitter | Site personnel
de vos éclaireurs le suit :
Versus
  Suivre
Le cinéma, la musique et la littérature sont trois arts sans lesquels je ne pourrais vivre.
Et j'aime beaucoup en parler ('avancer des arguments fallacieux pour justifier mes théories inacceptables' diraient certains). Pendant des heures. Avec tout le monde et n'importe qui. Merci SC !

Je note de 1 : ne mérite pas qu'on appelle ça un film / livre / album / ...
à 10 : cette oeuvre a révolutionné quelque chose en moi (si le 9 est un chef d'oeuvre, le 10 sera souvent subjectif).

Les bandes dessinées et les jeux vidéos font également partie de mes loisirs, dans une moindre mesure.
Je n'apprécie pas vraiment le concept de série, j'en regarde très peu (et uniquement après que l'on m'en ai parlé mille fois, pour avoir la paix ????).

Répartition des notes

  1. 108
  2. 76
  3. 106
  4. 164
  5. 220
  6. 471
  7. 732
  8. 618
  9. 306
  10. 111

Comparez votre collection avec Augustin Pietron

Comparez vos goûts et collections

Avec le Versus vous découvrez vos notes identiques (Accords parfaits), vos notes les plus éloignées (Désaccords), les oeuvres que vous êtes les seuls à connaître (Seuls au monde), les oeuvres qu'il recommande et que vous ne connaissez pas, et plus encore.

S'inscrire avec Facebook Vous préférez l'inscription classique ?
Listes de Augustin Pietron
Sondages de Augustin Pietron
Critiques de Augustin Pietron

Dernières critiques

Bande-annonce
7.4
Кино - Кончится лето

Leto est de ces films fleuves qui pourraient durer des heures sans que l’on y trouve rien à redire. Les séquences s’enchaînent, en lien ou non avec celles qui les précèdent, les cadres sont parfois peuplés parfois déserts ; la musique est en tous cas omniprésente ; on suit un personnage puis un autre - en fait toute une communauté - sur un mode d’expression presque... Lire l'avis à propos de Leto

4 1
Avatar oggy-at-the-movies
9
oggy-at-the-movies ·
Bande-annonce
7.1
Quand fond et forme sont absurdement irréconciliables

Loin de l’explosion musicale et passionnelle promise, Cold War souffre en fait d’un terrible manque de crédibilité : la dichotomie fond/forme y est telle que ces derniers, irréconciliables, semblent former deux films différents. D’une part, Paweł Pawlikowski gère la technique et mérite évidemment son prix de la mise (à Cannes) en scène… À tel point que la plasticité des... Lire la critique de Cold War

23 5
Avatar oggy-at-the-movies
4
oggy-at-the-movies ·
Mentions J'aime de Augustin Pietron

Activité récente