👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Si "De Bruit et de Fureur" apparaît comme l'un des films les plus impressionnants de récente mémoire, c'est que Brisseau traite le "problème des banlieues" avec cette approche didactique (disons "constat - causes - perspectives") typique du documentaire, et sait prendre constamment le recul suffisant (une visible absence d'affect dans la représentation, conjuguée à des effets métaphoriques et allégoriques, poétiques et percutants à la fois) qui lui évite le piège d'une certaine complaisance, soit complice soit dénonciatrice, qui plombe toujours ce genre de projet. Quand le film s'achève sur une scène très faulknerienne et le spectacle apocalyptique du feu, de la mort et de la destruction, Brisseau nous dévaste du pessimisme - très "No Future" - de celui qui sait de quoi il parle (il a été instituteur en banlieue difficile) et ne croit plus guère qu'en la nécessité de décrire le désastre avec le nécessaire point de vue moral de l'Artiste. [Critique écrite en 1988]

EricDebarnot
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Les meilleurs films sur l'adolescence, Mes 100 réalisateurs préférés [Liste en construction] et Les meilleurs films de 1988

il y a 6 ans

8 j'aime

3 commentaires

De bruit et de fureur
Velvetman
8

L’école et le chaos social

L’école est un carrefour entre les mondes. Celui du passé et du futur, celui de la famille et du monde extérieur, celui de la découverte des autres et l’apprentissage de soi. Il est parfois difficile...

Lire la critique

il y a plus d’un an

26 j'aime

2

De bruit et de fureur
ValM
10

Crever pour vivre

Après la mort de sa grand-mère, Bruno, un gamin rêveur part vivre chez sa mère à Bagnolet. Il arrive seul, accompagné de son oiseau, et restera seul tout au long du film, sa mère étant physiquement...

Lire la critique

il y a 8 ans

19 j'aime

4

De bruit et de fureur
Moizi
6

Artificiel

De ce film je ne retiendrai sans doute que le rôle de Bruno Cremer assez déjanté... Faut dire qu'il en tient une couche à faire du tir dans son appartement, à se passer des lois... Mais après le...

Lire la critique

il y a 7 ans

12 j'aime

2

Moi, Daniel Blake
EricDebarnot
7

La honte et la colère

Je viens de voir "Moi, Daniel Blake", le dernier Ken Loach, honoré par une Palme d'Or au dernier festival de Cannes et conspué quasi unanimement par la critique, et en particulier celle de gauche....

Lire la critique

il y a 5 ans

193 j'aime

53

1917
EricDebarnot
5
1917

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

Lire la critique

il y a 2 ans

177 j'aime

92

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

Lire la critique

il y a plus d’un an

161 j'aime

22