Pourquoi le costume rouge ? Pour que les méchants me voient pas saigner !

Avis sur Deadpool

Avatar Behind_the_Mask
Critique publiée par le

Hé ! T'es enfin rentré !

T'en as mis du temps ! Je parie que t'as traîné parce que t'as poussé la porte du BD shop au pied du cinéma pour te payer mes comics, c'est ça ? Ah... T'as aussi attendu la séance de 16H15 parce que celle de 14H était pleine... T'avais qu'à t'acheter un cerveau, face d'étron de nouveau-né. C'était écrit que mon film pétait grave la classe pire que Christiano Ronaldo à la cérémonie de remise du ballon d'or.

Et alors, j'étais bien dedans ? T'as vu, hein, avec ma belle combi rouge moule couilles, ça pète ! Ce pur charisme de ouf malade ! Tu me diras, c'était pas bien difficile de faire mieux que mon apparition dans X-Men Origins : Wolverine. Ils n'auront d'ailleurs pas eu l'occasion de se racheter, les coupables. T'as pas vu ma nouvelle déco ? J'ai accroché leur tête au mur et tu vois, quand je passe devant, ils parlent, comme les poiscailles en plastique qu'on trouve dans les bacs à soldes des foir'fouilles :

Ce soir... Branlette !
Ce soir... Branlette !

Et celui-là, écoute !

Y'en a un qui a tout compris : il a mis son froc marron...
Y'en a un qui a tout compris : il a mis son froc marron...
Y'en a un qui a tout compris : il a mis son froc marron...

Y'avait pas à t'inquiéter, la Fox n'allait pas se mettre une balle dans le pied deux fois de suite. C'est quand même ce qui fait ma marque de fabrique après tout : mes vannes sont les meilleures du monde et mon imprévisibilité fait mon charme. Ca va ? T'es rassuré, toi qui es derrière ton écran ? Après, je mouille aussi la combi dans des cabrioles de ouf à l'occasion de deux scènes d'actions qui déchirent. Et même que je le fais qu'avec douze balles parce que, comme un con, j'ai oublié mon sac Hello Kitty et que mon taxi, il répond à son I-phone au lieu de regarder la route. Quel con !

Pis c'est pas comme si on était chez Disney, ici : je jure comme un charretier, je baise, même si je cache les seins de Vanessa quand elle se redresse, et que je traîne mes guêtres dans un strip club, où là, les femmes elles sont nues, mais pas très longtemps, juste histoire de dire qu'on fait pas un film de fiottes. Voilà, je suis irrévérencieux et aussi incontrôlable qu'un sale gosse. Je dis ce que je veux et je n'hésite pas à en rajouter des caisses pour m'attirer la sympathie du public, tant dans l'humour que dans la folie.

Dommage que les scénaristes n'aient pas suivi cette voie. Ils ont beau mélanger les séquences, suspendre le temps et me faire briser le quatrième mur assez souvent, la structure de mon film est archi classique dans le cadre de l'origin story. Au début c'est génial parce que j'ai trouvé une fille aussi (gentiment ) foutraque que moi, ensuite ah que je vais mourir. Et qu'après la saleté de vilain me sauve mais me file une tronche de steak haché qui aurait sodomisé une couille parce qu'il est méchant. Et ça, ça m'énerve. De manière étrange, durant ses séquences, il n'y a plus rien : plus de blagues, plus de charisme, plus de complicité avec celui qui a payé sa place. Cela en devient presque plombant parfois.

Parce que mes aventures en papier dans les cases à bulles, soit c'est du non sensique pur et que c'est ça le plus poilant, soit que je viens parasiter une histoire et que j'en deviens le héros, parfois à mon corps défendant, à grands coups de digressions et de soliloques fun et what the fuck.

Les exécutifs de la Fox m'ont expliqué que c'était trop tôt, même avec cinquante millions de brouzoufs de budget (parce que oui, je coûte cinq fois moins cher qu'un gangbang Avengers), qu'il ne fallait pas que je réédite tout de suite mes délires méta, qu'il fallait déjà me faire connaître auprès du grand public pour qu'ensuite je puisse partir dans mes trucs de taré. C'est pour cela qu'on parasite mon aventure avec deux cons de l'école du pédophile chauve en fauteuil roulant, Néga-je-ne-sais-plus et couilles d'acier Téfal, qui est enfin à la hauteur, au moins dans sa représentation, de son homologue comics.

Je les soupçonne de ne pas aimer ce qui est trop bizarre et qui défierait la formule qui gagne du super héros movie. Je dis pas que mon film il est pas bien, au contraire, parce qu'il porte mon nom trop cool et que je demande sur l'affiche si vous êtes prêt à prendre votre pied. C'est vrai que Ryan Reynolds, il m'incarne bien, que je suis avec lui un putain de vanneur trop cool et poseur dans des ralentis trop forts et du comique de situation over the top. Mais les scénaristes, on a trop l'impression qu'ils ne misent uniquement que sur mon personnage, sur l'anti héros que je suis, au sein d'un film au final archi classique dans son déroulement. J'ai bien essayé de leur dire, mais on m'a répondu qu'il ne fallait pas que je me mêle de cela. Que je me contente de sauter du toit de la voiture et que je tire mes douze balles numérotées en récitant mon texte trop fun. Pis bon, c'est pas toujours fidèle non plus, parfois. Car même si ma mémoire part en carafe parce que je me suis pris un couteau dans la tête, ma meuf, Vanessa, elle avait bien des pouvoirs dans mes comics, non ?

Enfin bon, mon film, c'est un putain de pied sur le moment, que je suis sûr que tu iras le revoir ce week end parce qu'on jubile sur les punchlines qui ont de la gueule. Et surtout parce que mis en tête d'affiche, avec un moulin à paroles en guise de langue bien pendue, je resplendis dans ma combi et mes cabrioles de ninja. Mais mes aventures, elles sont devenues banales et conventionnelles, mises à la portée du plus grand nombre, dénuées de la folie que je porte dans mon ADN, dans les scénarios de mes comic books qui ont fait ma gloire et ma place particulière dans le coeur des fans.

Mais ne t'inquiète pas, toi qui es derrière l'écran, mon film est bien fun et virevoltant... Et il y a deux X-Men dedans... Et plein de vannes qui déchirent.

Ah ! J'allais oublier de te dire de rester jusqu'à la fin du générique. Parce que tu sauras, si tu es sage, qui interprètera Cable dans Deadpool 2. Un rôle de composition, c'est sûr... En tout cas, tu en resteras sur le cul. Ou ça te fera un deuxième trou de balle, au choix.

Wade Wilson, qui parle à la chaussette qui lui sert de main gauche, à moins que ce soit Behind_the_Mask ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3108 fois
85 apprécient · 9 n'apprécient pas

Behind_the_Mask a ajouté ce film à 2 listes Deadpool

Autres actions de Behind_the_Mask Deadpool