Bad Pitt

Avis sur Delirious

Avatar Pruneau
Critique publiée par le

Ça commence comme devrait commencer un DiCillo avec Buscemi, c'est-à-dire sale (y'a bon hein Marius). Donc tout va bien.

Puis ça déraille complètement avec une histoire d'amour breatneyspearo-niaise. Et plus de Steve Buscemi, donc plus d'intérêt. Putain 5, je suis de bonne constitution comme garçon..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 364 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Pruneau Delirious