👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il est sûr que l'infection zombiesque dont les médias en tous genres sont gavés depuis de nombreuses années amène le genre à s'essouffler et à nous proposer des divertissements au rabais (le dernier qui me revient en mémoire est World War Z).
Mais c'était sans compter sur les coréens et leur vision toute particulière du cinéma. Yeon Sang-Ho délaisse pour un temps l'animation et nous lance à la gueule son "dernier train pour Busan".
Sok-Woo amène sa fille, qu'il délaisse pour son travail de courtier en bourse, à Busan chez sa mère. Alors qu'ils prennent le train, un étrange virus changent les gens en monstres assoiffés de sang.
Bien sûr nous ne sommes pas devant un film d'auteur mais devant un film d'horreur-action-catastrophe et s'il n'échappe pas à la majorité des codes de ces derniers, on ne peut que reconnaître la maîtrise du réalisateur à tenir sa caméra et à nous plonger dans son histoire. On se surprend à inciter les personnages à se bouger le ... devant la masse de zombies qui déferlent ou à insulter le salopard de base.
Le scénario tient sur un avant-bras arraché et sanguinolent mais propose tout de même son lot de rebondissements pour nous amener jusqu'au terminus. Il y a aussi quelques défauts ou facilités scénaristiques (on zappe les seules armes qui peuvent nous sauver la vie par exemple) que l'on pardonne aisément devant le spectacle.
Certains voient dans le film des messages contre la manipulation génétique, l'appât du gain des boursiers et d'autres choses ; pour ma part, se ne sont que de simples phrases qui amènent de la clarté à la situation. S'il doit avoir un message c'est : l'entraide vaut mieux que l'individualisme.
Pour conclure, "Dernier train pour Busan" ne révolutionne pas le cinéma mais rempli correctement son rôle de film divertissant grâce à une vision toute coréenne des zombies ( Pas de place pour les sauvés au dernier moment ou pour le porteur soi-disant inattendu de l'antidote miracle) et à une réalisation pertinente. La mode des zombies s'essouffle et pour partir en beauté, ce film devrait être le dernier.

il y a 5 ans

Dernier train pour Busan
guyness
4

Korean rapsodie

En 2013, lorsque Bong Joon-Ho et Park Chan-Wook avaient traversé le Pacifique pour rejoindre l'usine à mauvais rêve Hollywoodienne, on craignit alors un occidentalisation décevante des meilleurs...

Lire la critique

il y a 5 ans

115 j'aime

63

Dernier train pour Busan
thetchaff
8

La ligne rouge

Quand je mate un film de zombies non parodique moderne, j'ai de nombreuses occasions de soupirer. C'est un genre assez codifié et le nombre d'histoires faisant intervenir ces charmants punching-ball...

Lire la critique

il y a 6 ans

111 j'aime

10

Dernier train pour Busan
Sergent_Pepper
4

Slowpiercer

Ainsi donc, du Zombie en mode Word War Z (à savoir rapide) dans un train en mode Snowpiercer, le tout en Corée. Il faut bien reconnaître qu’il y avait quand même de quoi se méfier. Et ça dure...

Lire la critique

il y a 5 ans

96 j'aime

9

Halloween Kills
Sébastien_Federici
3

Halloween Kills le film.

Myers revient ! Et cette fois-ci, il ne fait pas dans la dentelle, il lâche son couteau (un peu) pour d'autres armes, fini les tactiques pour séparer ses victimes, il fonce dans le tas pour découper...

Lire la critique

il y a 6 mois

1 j'aime

2

Absentia
Sébastien_Federici
7
Absentia

absentia, abstenez - vous de ne pas le voir.

Je dois bien l avouer, J ai un faible pour les réalisateurs qui dès leur premier film tire leurs épingles du jeu. Il est vrai que mike Flanagan n est pas le Tarantino de reservoir dogs mais j ai été ...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

La Forêt des ombres
Sébastien_Federici
7

Dans l'ombre d'Henebelle et Sharko.

Le couple de David Miller n'est pas au sommet du bonheur. Son boulot de thanatopracteur lui prend beaucoup de temps et le pousse à se renfermer. Mais David écrit un livre un jour, avec un certain...

Lire la critique

il y a 6 mois