👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Terry Pratchett côtoie J. R. R. Tolkien et Jules Verne sur le podium des génies de la littérature fantastique (quelqu'un a dit J. K. Rowling?!). Son Univers le Disque-Monde est aussi détaillé que décalé. Porter une partie de son œuvre (plus de 35 ouvrages archi-complets !) sur écrans et même avec sa participation au tournage, relève du suicide et réussir relève du miracle juste impossible (enfin quasi-impossible, cf. Peter Jackson..).
Dans cette adaptation pour le petit écran, les personnages sont respectés. C'est avec plaisir que l'on retrouve Rincevent (mage couard et looser n'ayant réussis à apprendre qu'un unique sortilège), Deuxfleur (touriste), La Mort (attention La Mort est masculin !), le bibliothécaire (transformé en orang-outan) et autres Cohen le Barbare (Dernier héro légendaire encore en vie et donc vieillard zozotant).
Certains décors et paysages fabuleux sont superbement retranscrits ; d'autres pour lesquels le manque de moyens se fait ressentir le sont beaucoup moins. Il en est de même pour tous les effets spéciaux : pouvant être magnifiques (La tortue A'Tuin et ses quatre éléphants supportant le disque-monde par exemple) ou catastrophiques (sortilèges des mages, chevauchée de dragon, vieux troll,...).
Si les principaux acteurs jouent correctement, les dialogues sonnent souvent creux. Et pour cause, la VF est un grand défaut du film et plombe plusieurs passages visiblement initialement drôles.
L'humour et la parodie forment le pilier central des romans de Terry Pratchett. Ici, si quelques blagues font mouche, la plupart des situations causasses ne réussissent à faire croire qu'en une tentative d'humour et, souvent un sentiment de gène mêlé à de la pitié apparait chez le spectateur (scène avec l'épée magique parlante : instant WTF ?).

Le principal problème de cette adaptation étant des moyens souvent insuffisants, le génie de Terry Pratchett n'en est ni bafoué, ni honoré. A déconseiller pour ceux n'ayant pas lu les romans, pour les autres les références réussies réussiront à sauver le film..

« Il faut lui trouver un nom. Que pensez-vous de l'Etoile de la mort ? » « Pff, ne soyez pas idiot, vous êtes allé le chercher où ce nom ?! »
Albinus
5
Écrit par

il y a 10 ans

6 j'aime

Discworld
Albinus
5
Discworld

Ouuuk ?

Terry Pratchett côtoie J. R. R. Tolkien et Jules Verne sur le podium des génies de la littérature fantastique (quelqu'un a dit J. K. Rowling?!). Son Univers le Disque-Monde est aussi détaillé que...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

Discworld
MarlBourreau
6
Discworld

Comment être objectif face à l'adaptation de ma saga préférée ?

Ahhh le Disque-Monde de Terry Pratchett ! Ses annales sont mes livres préférés et je ne cesse de m'émerveiller, à chacune de mes lectures, devant cet univers haut en couleurs et tellement attachant...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Discworld
Infornographie
5
Discworld

Critique de Discworld par Anthony Avila

Super déçu, même si ça reste très honorable. D'abord, il faut éviter le doublage français, qui casse méchamment l'immersion. Autrement, l'adaptation des deux premiers tomes du Disque-Monde est...

Lire la critique

il y a 10 ans

3 j'aime

Discworld
Albinus
5
Discworld

Ouuuk ?

Terry Pratchett côtoie J. R. R. Tolkien et Jules Verne sur le podium des génies de la littérature fantastique (quelqu'un a dit J. K. Rowling?!). Son Univers le Disque-Monde est aussi détaillé que...

Lire la critique

il y a 10 ans

6 j'aime

Bébé part en vadrouille
Albinus
8

BOUBOUUUUH!

Un bébé, des méchants, une musique, un gorille, une camionette, un terrier de lapin rose, un feu de fôret,... des souvenirs d'enfance inoubliables! « Si vous vous limitiez à deux rotis de porc...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

2

Luxo Jr.
Albinus
9
Luxo Jr.

Critique de Luxo Jr. par Albinus

Luxo Jr. ou comment le génie Pixar produit pour la première fois un court métrage et réalise en tout juste deux minutes la prouesse d'insuffler des émotions à travers un objet des plus banals et qui...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

2