Un futur alternatif ou l'espoir n'est plus permis.

Avis sur Dragon Ball Z : L'Histoire de Trunks

Avatar JéJé fait son Bagou
Critique publiée par le

-C'est trop dur! Je ne deviendrais jamais un vrai guerrier de l'espace.
-Mais si tu y es presque, il faut que tu persévères. Notre force se manifeste à travers la colère et c'est ça le secret, et pour éveiller
en moi la colère il suffit que je pense à mon père et à tous les amies
que j'ai perdues. Et à mesure que je sens monter la fureur en moi je me
transforme petit à petit en super guerrier. Tu en seras un toi aussi,
car tu es le fils de Végéta, et un jour tu deviendras comme lui.

Dragon Ball Z: L’Histoire de Trunks, de son titre original Doragon Boru Zetto: Zetsubo e no hanko !! Nokosareta cho senshi-Gohan to Torankusu?, traduction, Dragon Ball Z: Résister jusqu’au désespoir !! Les derniers super-combattants survivants-Gohan et Trunks (pfiu vois le titre de fou) est un OAV-téléfilm d’animation sortie en 1993 réalisé par Yoshihiro Ueda.

L'histoire de Trunks se différencie de ses pairs vu qu'il a reçu la touche toute particulière d'être scénarisé par le créateur du manga originel Akira Toriyama. En effet, ce moyen métrage est l’adaptation d’un manga intitulé The Trunks Story de Toriyama. Cet opus fait donc parti des rares à être directement lié au support de base, ce qui lui donne une touche toute particulière.

Ce film est un spin off centré sur le futur alternatif, atroce, et répulsif de Trunks. Et on peut dire que d'emblée de jeu le récit n'épargne personne !

Les premières images se concentrent sur la destruction du symbole de Dragon Ball "Son Goku" que l'on voit mourir par crise cardiaque. À cela s'ajoute quelques secondes après les morts barbares et violents du reste de du team par les Cyborg C-17 et C-18. Krilin, Yamcha, Ten Shin Han, Chaozu, et même le puissant Végéta sont massacrés. Même Piccolo y passe, ce qui signe également la mort du Tout-puissant (le très Haut pour ce qui préfère) et donc des Dragon Ball, même les sensu (haricots magiques) n'existent quasiment plus, et tout cela en moins de 5 minutes à l'écran.

Le ton est donc donné, il n'y aura pas de place à l'humour, ce futur alternatif va être apocalyptique. Le scénario évolue 13 ans plus tard la mort des héros dans un monde délabrée par deux cyborgs indestructibles, ou seul Son Gohan (rescapé de l'ancien team) et Trunks fils de Végéta et Bulma se présente en défenseurs de la Terre. Mais la tache est rude car malgré la puissance de Gohan pourtant capable de se transformer en Super Saiyan et de Trunks ils ne peuvent rien faire à part se cacher par mettre les ruines de leurs adversaires tant ils sont puissants.

On navigue dans des décors chaotiques qui feraient presque penser au futur du film Terminator dont Akira Toriyama c'est clairement inspiré. Trunks est le John Connor du futur, qui ne peut rien faire contre les machines à part résister et compte bien changer les choses dans le passé.

J'ouvre une petite parenthèse:
En soi Cell qui vient du futur et tuera Trunks pour voler sa machine à voyager dans le temps pour retourner dans le passé peut-être comparé à ce bon Terminator incarné par Arnold Swarzie.

Son Gohan est présenté dans une tout autre version que celle que l'on connais tous, beaucoup plus massif et sévère que sa version originale, il fait preuve d'un charisme fou et je dois dire que je le préfère ainsi. Présenté de manière pour le moins atypique, balafré et atrophié qui laisse clairement présager l'enfer par lequel il est passé. Il est le mentor de Trunks et mis tout sur lui en devenant son maître et en le formant aux arts martiaux et plus précisément à la transformation en Super Saiyan, afin de l'aider à les détruire une bonne fois pour toutes.

J'aime beaucoup le coup de crayon fait sur lui qui rappelle beaucoup Goku, porte d'ailleurs son uniforme de combat et non celui de Piccolo chose totalement nouveau.

Vient ensuite Trunks (également appelé Toranku, Tolinks, Mirai Trunks... je m'arrête le car la liste est longue^^)qui n'a absolument rien à voir avec sa version souriante, amuseur et endiablé du présent, qui lui a évolué dans un bien meilleur cadre entouré de ses parents.
Trunks du futur est timide, gentil et courageux et n'a aucune notion de ce qu'ait la paix, il déteste les cyborgs et ce voue corps et âme à l'entraînement.
Son état d'esprit est particulièrement bien élaboré, il est curieux de cette vie passé ainsi que de son père c'est pour cela qu'il n'a de cesse de questionner Gohan ou sa mère Bulma qui oui à survivre (au moins une^^).

Cet OAV nous permet de découvrir le héros du futur qu'ait Trunks, après tout il s'agit de son spin off.

Ce personnage est très apprécié des fans de Dragon Ball, car en effet il deviendra quelques années après un guerrier qui en impose et qui ira dans le passé pour régler le problème à la base.

Il est le défenseur de la Terre alternatif du futur mais aussi celui du présent, un véritable cadre d'une importance cruciale.

L'Histoire de Trunks est sans doute l'OAV-téléfilm le plus violent et le plus pessimiste et désenchanté de toute la saga du film consacré à l'oeuvre. Il repose sur un scénario certes un peu classique et conformiste mais adapté et chargé en émotion forte.

Le rythme est soutenu et son cadre est d'une violence assez extrême, on nous montre sans mal des enfants se faire assassiner, l'espoir n'est clairement pas permis. On assiste à l'apocalypse selon Akira Toriyama.

Les dessins et différents plans le traduisent sans peine, quoique un peu plus de noirceur dans la couleur ainsi que dans les jeux d'ombre comme l'OAV "DBZ: le Combat fratricide" qui est le plus sombre de tous, ait été un sacré plus, et surtout ça aurait superbement collé avec la trame. Les dessins quant à eux posent un petit problème par endroits, ils ne sont pas toujours superbes mais ça reste tout de même du bon boulot.

La mise en scène est assez formaliste et orthodoxe mais réussie tout de même à livrer de grand moment de bravoure et de bonne séquence d'affrontement, je pense en particulier à Gohan atrophié vs C-17 et C-18 qui est un grand moment.

Mais le plus fort vient d'une scène toute particulière qui mérite limite tout le film pour elle seule;

c'est la mort de Gohan par le regard de Trunks qui en pleure se rapproche de lui le prend dans ses bras et finis par se transformer de rage et de peine pour la première fois en Super Saiyan,

une séquence épique est d'une force hautement dramatique qui vos sons pesant d'or.

La musique est signée une fois de plus et bien entendu par Shunsuke Kikuchi qui livre comme à son habitude des partitions fortes en tonalité qui entraîne, surtout si elle est bien utilisée comme dans ce film et la fameuse scène mettant en avant la rage de Trunks.
On a droit également à une bande originale inédite pour l'occasion du titre d'Aoi Kaze no HOPE", traduction, **"L’espoir d’un vent bleu".

La chanson peut être entendue durant le générique de fin dans son film en version originale car dans la sortie Française a a droit qu'à la version instrumentale. À voir si aujourd'hui elle est disponible dans une nouvelle version vf. Je ne trouve pas la chanson fantastique, mais j'aime à quel point elle est optimiste malgré la noirceur de son métrage, un contraste qui fait du bien. Comme le disent les paroles de la chanson;

"- Il y a toujours de l'espoir malgré la noirceur de la vie."

En soi une belle conclusion qui se poursuivra dans la série animée ou le manga officiel, que demander de mieux ?!

Quoique, comme souvent dans les OAV-Téléfilm de Dragon Ball cela m'a semblé trop rapide, ils n'aient pas suffisamment donné le temps nécessaire pour examiner plus en profondeur, et objectivement les événements pratiques et émotionnels, mais ne vous méprenez pas sur ce que je dit, ce film a eu des moments plus que mémorables qui le rendent assez unique en matière de franchise DBZ, de par la mort qui a énormément plus de sens ici avec les Dragon Ball qui n'existent plus.

CONCLUSION:

L'histoire de Trunks est une véritable perle, bien que techniquement un peu faible il démontre une scénarisation hors pair dans sa traduction de fresque apocalyptique qui traduit avec efficacité un futur d'une cruelle violence. Il est de plus excellent que cet OAV soit légitime à l'oeuvre de base étant écrit et imaginé par Akira Toriyama lui-même. Les différents personnages sont marquants appuyés par une mise en scène efficace dans ses confrontations mais surtout dans sa dramaturgie, le tout servi d'une excellente musique.
Les fans de la saga devraient définitivement être comblés !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1414 fois
16 apprécient · 1 n'apprécie pas

JéJé fait son Bagou a ajouté ce moyen-métrage d'animation à 1 liste Dragon Ball Z : L'Histoire de Trunks

  • Films
    Cover Classement films-OAV Dragon Ball

    Classement films-OAV Dragon Ball

    Avec : Dragon Ball Z : Le Combat fratricide, Dragon Ball Z : Le Père de Songoku, Dragon Ball Z : L'Histoire de Trunks, Dragon Ball : Le Château du démon,

Autres actions de JéJé fait son Bagou Dragon Ball Z : L'Histoire de Trunks