👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dès la première séquence, "Drive" nous apparaît comme un film sûr de lui, maîtrisé et programmatique. Le pré-générique déploie vite ses effets (tempo, musique, couleurs...) comme la promesse du show à venir. Ryan Gosling lui-même, comme chaque plan s'efforce de le montrer, n'est que le prolongement de sa machine, mi-homme mi-robot, programmé pour conduire. Aussi le propos du film sera de nous montrer, par contraste, comment la machine se dérègle, comment le programme annoncé n'aura pas lieu. Le froid deviendra chaud, le calme nerveux, etc...
La mise en scène, récompensée à Cannes, applique à la lettre ce postulat. Pourtant, les dérapages de Nicolas Winding Refn ne sont pas tous contrôlés. Tant que le film reste "froid", dans sa première partie, il fait mine d'adopter le profil bas. Difficile pourtant de croire à quelque intention modeste : générique rose, musique 80's, photo de clip et casting tendance... A cet égard, la deuxième moitié du film a le mérite de révéler la fascination manifeste de NWR pour la violence qu'il est incapable de tenir hors champ. Sans pour autant ressortir le travelling de "Kapo", "Drive" est plusieurs fois victime du plan de trop. Qu'on ne s'y trompe pas, cette surenchère de violence n'est rien d'autre qu'un accessoire (vulgaire) au même titre qu'une belle carrosserie ou une scène d'action. NWR ne jouit alors plus de son contraste froid-chaud mais de la violence elle-même, simplement justifiée par le dispositif de la première partie du film.
Privilégiant le contenant sur le contenu, NWR offre avant tout des effets de manche là où il y avait pourtant une matière à creuser (symptôme de films tellement obsédés par leur forme qu'ils en oublient l'essentiel). "Drive", paradoxalement, n'est au final qu'une grosse cylindrée avec un ado aux commandes.
bilouaustria
5
Écrit par

il y a 10 ans

86 j'aime

5 commentaires

Drive
Knikov
2
Drive

J'ai du rater quelque chose

Non mais c'est une blague ? C'est quoi cette presse unanime ? ce prix de mise en scène ? On a vu le même film ? Alors certes, ce n'est pas MAL fait. Mais j'ai l'impression d'être a des kilomètres du...

Lire la critique

il y a 10 ans

250 j'aime

197

Drive
drélium
5
Drive

Dry

Une masse du public en extase, une presse dithyrambique, une moyenne SC indolente, un paquet d'éclaireurs divers et variés quasi unanimes en 8 et 9. Même le projectionniste avant la séance me sort un...

Lire la critique

il y a 10 ans

195 j'aime

85

Drive
GagReathle
8
Drive

You're driving me crazy

Lors de mon premier bout de chemin avec Drive, je n'avais pas été totalement satisfait du voyage. Malgré de sérieux arguments, il n'avait pas su me conduire au septième ciel. Pourtant, au départ,...

Lire la critique

il y a 8 ans

151 j'aime

32

Somewhere
bilouaustria
6
Somewhere

"Less than zero"

La drogue en moins, "Somewhere" pourrait être une adaptation assez fidèle du célèbre premier roman de Breat Easton Ellis écrit dans les 80´s, "Less than zero". Los Angeles, du fric partout, des...

Lire la critique

il y a 11 ans

55 j'aime

17

La Femme des sables
bilouaustria
8

Dunes

Sisyphe, oui bien sûr. Mais ce qui compte surtout chez Teshigahara, c'est la dimension mythologique, qui apparaissait déjà dans "Traquenard" (1962) deux ans plus tôt. Un homme et une femme au pied...

Lire la critique

il y a 9 ans

46 j'aime

3

Amour
bilouaustria
9
Amour

Je me souviens

"Szerelem" est un chef d'oeuvre oublié qui pourrait avoir été réalisé par Bergman et monté par Resnais. En effet les plans courts comme des apparitions, et leurs récurrences sortent tout droit de...

Lire la critique

il y a 9 ans

40 j'aime

10