En France, on se montre tiède vis-à-vis de l’école à la maison à cause des risques de dérives sectaires qu’elle représente (source : j’ai fait l’école à la maison). Entre accompagnement spécialisé et séparatisme vicieux, il n’y a effectivement qu’un pas et Élève libre explore cet entredeux avec force. C’est pourtant un film social (du genre que je qualifiais auparavant de "chiant et déprimant") qui ne se veut pas particulièrement provocateur, mais c'est un véritable rouleau compresseur qui ne s’arrête à rien.


Rappelant d’abord La Communauté de Vinterberg, film très positif sur une survivance improbable du mouvement hippie, il développe des propos sensés, convaincants et même ravissants qui vont dans le sens de l’éducation à la maison. Mais bientôt les valeurs décalées et l’énorme ouverture d’esprit de la petite famille s’imprègnent d’anomalies et l’on remarque que le film est construit lui-même comme une dérive.


Si l'on s'exclamait d'abord "OUI !" devant les propositions du scénario (apprendre comment apprendre, encourager l'étudiant à se connaître mais se montrer à l'écoute, voilà qui me parle), on commence à dire "d'accord ?" avec un scepticisme croissant, jusqu'à se retrouver dans une situation répugnante en se demandant comment on en est arrivé là. Insidieusement, abus et manipulation se sont installés, faisant se déliter l'expérience sociale et démontrant avec froideur comment une entreprise tout habillée des meilleures intentions peut devenir, à l’insu-même de ses perpétrateurs, une usine à laver le cerveau dont les rouages sont faits de vice.


Étant concerné·e, je trouve que le film de Lafosse s'intéresse surtout aux extrêmes, mais la licence artistique l’excuse. Je m’inquiète, à la rigueur, des arguments peu nuancés qu’il peut donner à un côté comme à l’autre, même s’il semble pencher finalement en défaveur de l’école à la maison. Mais pour les amateurs de films sociaux, c’est une perle implacable et intense, très crue mais, malgré tout, douce dans la manière dont elle s’attaque à un si gros sujet.

EowynCwper
5
Écrit par

Le 3 mai 2022

Élève libre
Foxart
9

Pédo-gogie appliquée

Que les dieux du cinéma me pardonnent, pour traiter d'un film aussi profondément et spécifiquement humain que Elève libre de Joachim Lafosse, je n'ai guère trouvé mieux que d'employer des métaphores...

Lire la critique

il y a 8 ans

6 j'aime

Élève libre
SandV
7

Critique de Élève libre par SandV

Depuis mai 68, la société s'est de plus en plus libérée des conventions. Le sexe, la philosophie libertaire, le libre examen... la connaissance vient désormais de l'expérience et l'humour cynique est...

Lire la critique

il y a 12 ans

4 j'aime

Élève libre
mymp
8

50 nuances de Jonas

Jonas a 16 ans, est en échec scolaire et sportif (il vient de manquer les sélections nationales de tennis). Pris en charge par Pierre, Didier et Nathalie, amis trentenaires de sa mère, Jonas décide...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

Ne coupez pas !
EowynCwper
10

Du pur génie, un cours de cinéma drôle et magnifique

Quand on m’a contacté pour me proposer de voir le film en avant-première, je suis parti avec de gros préjugés : je ne suis pas un grand fan du cinéma japonais, et encore moins de films d’horreur. En...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

Mélancolie ouvrière
EowynCwper
3

Le non-échec quand il est marqué du sceau de la télé

Si vous entendez dire qu'il y a Cluzet dans ce téléfilm, c'est vrai, mais attention, fiez-vous plutôt à l'affiche car son rôle n'est pas grand. L'œuvre est aussi modeste que son sujet ; Ledoyen porte...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

3

Les Communiants
EowynCwper
7

Critique de Les Communiants par Eowyn Cwper

Qu'est-ce qui rend le cinéma de Bergman plaisant ? Dans Les Communiants, ce n'est certainement pas le décor, une église où se pressent six fidèles devant un pasteur grippé. Ce n'est pas non plus...

Lire la critique

il y a 4 ans

5 j'aime