Tout est dans la clé.

Avis sur Elle s'appelait Sarah

Avatar Boubakar
Critique publiée par le

Une journaliste américaine basée en France fait un reportage sur la rafle du Vel d'Hiv, et de fil en aiguille, va tomber sur le destin d'une fille de 10 ans, Sarah, qui a échappé au pire, contrairement au reste de sa famille.
On sent que pour le réalisateur, Gilles Paquet-Brenner, c'est l’œuvre de sa vie, un sujet fort en émotions, une histoire complexe sur deux époques, deux destinées de femmes, bref, c'est du brutal.
Sans être méchant, et pour être sincère, c'est un film qu'on sent sincère.

Je n'ai pas lu le livre, mais dieu que c'est balourd à l'image. Il faut donner de la consistance au personnage de la journaliste interprétée par Kristin Scott Thomas, très bien par ailleurs, alors elle est enceinte. Elle a en plus des problèmes de couple avec son mari joué par Frédéric Pierrot, alors que son enquête l'accapare, au risque de négliger sa fille.
Et tout ça avec la sombre histoire en 1942 de cette famille juive emmenée de force au Vel d'Hiv', où Sarah va cacher son petit frère dans le placard avant qu'ils ne soient embarqués par la police, d'où la clé qu'elle garde précieusement sur elle. Le réalisateur évite néanmoins la faute morale en ne s’appesantissant pas sur la rafle en elle-même, contrairement à l'horrible film du même nom, et centre son histoire du passé sur cette fille, qui va réussir à s'enfuir, et être recueillie par une famille de fermiers après avoir vu le pire.
J'avoue que c'est plus ce personnage-là qui m'intéressait, plutôt que les états d'âmes de la journaliste dont je me fiche totalement ; excepté le moment où elle rencontre le fils de Sarah, qui lui-même ne connait pas la vérité.

Beau sujet, mais je trouve qu'il a été trait à moitié.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 27 fois
1 apprécie

Autres actions de Boubakar Elle s'appelait Sarah