Cock bang à Bangkok

Avis sur Emmanuelle

Avatar -Marc-
Critique publiée par le

Just Jaeckin est avant tout un photographe et ça se voit.

Si les images sont belles, les personnages sont bancals et le scénario fumeux. Par ailleurs, il fait rêver le français moyen de bourgeoisie oisive et quasi-esclavagiste très loin de sa vie quotidienne.
Le film eut un énorme succès aux relents sulfureux, car il fut le premier à promouvoir la recherche du plaisir et surtout du plaisir féminin.

Sylvia Kristel joue une Emmanuelle innocente avec de grands yeux candides. Malgré tout ce qui lui arrive, elle est toujours étonnée. Elle ne s'en doutait pas... Just Jaeckin partagerait-il un culte de la virginité avec Michel Fourniret?

Jean, le mari s'enferme dans une posture dont on sait dès le début qu'elle est sans issue: sous prétexte d'aimer sa femme, il la pousse à parfaire son expérience érotique avec tout ce qui passe à portée.

Christine Boisson (Marie-Ange) réussira grâce au goût de Jaeckin pour les petits seins juvéniles à faire une carrière cinématographique honorable qui la sortira du milieu délétère d'où elle sort.

Quant à l'inénarrable Cuny, le mal nommé, il joue toujours le même rôle depuis "Les visiteurs du soir", en passant par le théâtre, ses interviews pathétiques à la télé: le ténébreux réfléchi (comme le miroir) et profond (un vide abyssal).
Chargé d'initier la belle aux mystères de l'érotisme, on s'inquiète pour lui. Comment réussira-t-il à supporter le contact féminin? ... Jaeckin trouvera la solution.

Ce film a donc une morale: "Je bande donc j'aime" ... ce qui explique sans doute qu'il y ait des hauts et des bas dans la vie de couple...
Mais le plus absurde et le plus vain est de vouloir théoriser l'amour et l'érotisme. Laissons plutôt chacun trouver ce qui l'émeut ou le motive.

Mais je ne peux pas totalement dénigrer ce film, car en sortant de la projection, ma copine de l'époque, une littéraire, entrepris de m'expliquer par le menu tout ce qu'elle entendait par "Coïto ergo sum". Si le film ne m'avait pas laissé de souvenir impérissable, la nuit qui suivit, si.

Ce film possède donc d'indéniables qualités esthétiques qui contribuèrent à la mode des fauteuils en osier et aux voyages en Thaïlande.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 592 fois
21 apprécient

-Marc- a ajouté ce film à 1 liste Emmanuelle

Autres actions de -Marc- Emmanuelle