👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ceci n'est pas une critique, mais un commentaire trop long pour être mis en annotation.

On peut bien sûr reprocher au film d'empêcher tout sens critique à son spectateur, par son misérabilisme (beaucoup moins présent que dans La Loi du Marché cependant), sa mise en scène au plus proche du réel, et son personnage principal s'imposant comme la voix de la raison durant l'intégralité du film. Mais le propos du film se situe quelque part ici : un retour aux valeurs fondamentales qui ne devraient pas à avoir être discutées. Les dirigeants sont présentés comme absents, déconnectés du réel, au point de n'avoir plus aucun lien avec ces valeurs fondamentales. On sent des personnes ayant perdu l'habitude de se faire baiser par la malchance une fois de temps en temps. C'est bien ce qui fait d'eux (outre leur cynisme inhumain) des gens finalement assez exceptionnels : leur capacité à savoir quand arrêter les frais pour maximiser le développement de leur entreprise.

Le personnage de Laurent (Vincent Lindon, encore une fois exceptionnel) présente cependant une certaine ambiguïté de manière subtilement suggérée. Son ego et son désir de rester à la tête de ces ouvriers comme toile de fond de son envie de guerre, premièrement. Il y a également cette scène de sortie de l'usine après son renvoi, seul, sa guerre perdue, avec la musique guerrière qui continue de retentir. Comme si ce personnage portait en lui le gène de la guerre, nourri par cet ego. Ces éléments de second plan viennent enrichir le débat autour de la problématique du film. La guerre perdue d'avance, peu importe sa noblesse, vaut elle le coup d'être poursuivie ? On sera tenté instinctivement de répondre oui, mais les éléments cités plus haut apportent une ambiguïté bienvenue. Après tout, une guerre perdue d'avance ne peut elle pas être uniquement amenée par un bellicisme egomaniaque ?
8/10

SPOIL

Voilà ce que j'aurai écrit s'il n'y avait pas la dernière scène d'immolation. Comme Daniel Blake il y a deux ans, Laurent est un martyr qui finit par obtenir gain de cause (plus sur le plan moral que pratique) par son sacrifice. Une figure christique qui avait raison tout du long, empêchant le spectateur de se poser n'importe quelle question à propos de ce qu'il vient de voir. J'ai trouvé ces visages des ouvriers en deuil en fin de film d'une condescendance énervante : Lindon le saint avait raison, et maintenant mordez vous les doigts.

J'aurais aimé voir le film s'arrêter sur la figure du bébé, preuve de l'existence de l'innocence la plus pure recherchée par Laurent dans ce mur cynique de dirigeants durant tout le film, mais également symbole du renouveau, dont la guerre du personnage de Lindon l'aidera à prendre le bon chemin. Une façon de dire que la guerre, même perdue, peut avoir son utilité, rejoignant la citation introductive.

Mais non. Brizé dit en interview rechercher avant tout l'honnêteté dans son sujet, mais à l'image de son personnage, il peut confondre honnêteté et œillères. Un extrémisme bien dommage. Je l'aurais suivi pendant les 99 premiers pourcents du film, mais cette fin pour moi prouve que ce que je voyais est finalement assez mal interprété.

1/10

Je n'aurai jamais été aussi déçu de façon aussi brutale. Une expérience nouvelle, c'est toujours ça de pris.

Mayeul_the_Link
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de guerre et Les meilleurs films de 2018

il y a 4 ans

6 j'aime

2 commentaires

En guerre
pphf
8
En guerre

De la liberté du renard libre dans le poulailler libre

Un film social, social et politique, comme on en fait peu en France quand il s’agit de toucher le grand public ; on pourrait songer au cinéma anglo-saxon, à Ken Loach évidemment, ou en amont à Martin...

Lire la critique

il y a 4 ans

43 j'aime

29

En guerre
EricDebarnot
7
En guerre

A l'Ouest Rien de Nouveau...

A l'Ouest Rien de Nouveau : nous tombons tous, à chacun notre tour, sous les balles du capitalisme financier, entraînant avec nous nos familles, nos enfants, leur futur, et accessoirement celui de la...

Lire la critique

il y a 4 ans

25 j'aime

5

En guerre
Marcus31
9
En guerre

Fiction ou réalité ?

Un film social, très atypique et innovant dans sa forme. Pensez donc : Vincent Lindon (absolument remarquable dans son interprétation habitée d'un délégué syndical) est le seul acteur professionnel...

Lire la critique

il y a 4 ans

23 j'aime

2

Kubo et l'Armure magique
Mayeul_the_Link
5

Like tears in rain

(Si vous souhaitez avoir un œil totalement vierge sur ce film, cette critique est sans doute à éviter) Kubo, par sa technique d'animation nouvelle et son envie affirmée de parcourir des chemins...

Lire la critique

il y a 5 ans

50 j'aime

10

Le Daim
Mayeul_the_Link
4
Le Daim

Critique de Le Daim par Mayeul TheLink

Chez Quentin Dupieux, on aime se mettre dans la peau d'animaux. C'est que comme dit l'Officer Duke (Mark Burnham) de Wrong Cops dans une révélation enfumée : "Nous sommes tous des esclaves de la...

Lire la critique

il y a 3 ans

48 j'aime

5

Princesse Mononoké
Mayeul_the_Link
10

Critique de Princesse Mononoké par Mayeul TheLink

"Porter un regard sans haine sur le monde." Voilà ce que le film s'efforcera de faire pendant plus de deux heures. Les motivations, les ressentiments et les envies des personnages sont décrits d'une...

Lire la critique

il y a 5 ans

38 j'aime

3