Affiche En quatrième vitesse

Critiques de En quatrième vitesse

Film de (1955)

I'd rather have the blues

Les voitures fusent sur la voie rapide, projectiles aérodynamiques qui glissent sur l’asphalte. Los Angeles dort, plus bas, dans la vallée. Une femme court, paniquée, lunatique, nue sous son imperméable. Elle slalome entre les missiles mécaniques qui l’évitent consciencieusement. Alors, elle se plante au centre de la chaussée et s’offre, en croix, à la morsure des phares qui déchirent la nuit,... Lire la critique de En quatrième vitesse

38 5
Avatar DjeeVanCleef
8
DjeeVanCleef ·

Va-Va-Voum !!!

Voilà le genre de film à montrer dans les formations sur le cinéma. Vous aurez la quintessence du film noir, avec tous les codes qui l’accompagnent. Une intrigue obscure, un protagoniste à la baffe facile et aux penchants sadiques, une succession de pépées plus ou moins de confiance, des voitures et des méchants organisés et cruels. Mais l’intérêt véritable du film est la forme enveloppant ce... Lire la critique de En quatrième vitesse

32 11
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Under the Bridge

Sur les routes de Los Angeles, la nuit : Une jeune femme semble totalement terrifiée et cherche à arrêter une voiture pour être prise en stop. Ce sera celle d'un détective... Le voilà tombé dans une affaire bien particulière... Dès cette introduction, Robert Aldrich donne le ton et signe un film palpitant de bout en bout où la forme fait corps avec le fond. Tout le long Kiss Me... Lire la critique de En quatrième vitesse

24 3
Avatar Docteur_Jivago
8
Docteur_Jivago ·

Kiss me bang

Ralph Meeker, c'est un peu Capitaine Kirk, et en plus il joue Mike Hammer, troublant. Maintenant, je sais pourquoi Mike Hammer, il mettait des patates dans la série quand il interrogeait quelqu'un, là c'est pareil... Enfin, c'est encore calme pour commencer. Mais plus ça avance, plus Mike met des claques tous genres et âges confondus. Ça marche bien. Il faut dire que c'est un ancien boxeur, ça... Lire la critique de En quatrième vitesse

25
Avatar drélium
7
drélium ·

La boite de Pandore

Un film curieux et dense qui affiche ses fortes ambitions dès sa scène d'introduction. Une femme apeurée se réfugie dans la voiture d'un inconnu. Le générique se déroule "à l'envers" alors que la caméra filme en plan fixe de l'arrière de la voiture en route et que la réfugiée sanglote longuement. On sait dès lors qu'il ne s'agira pas d'un film policier banal. Alors que dans un premier temps,... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

22 1
Avatar gallu
7
gallu ·

Remember Me

Une femme aux abois court sur une route en pleine nuit, pieds-nus, vêtue de son seul imperméable, tâchant en vain d'arrêter les voitures. Le générique interpelle et donne le ton, défilant à l'envers, de bas en haut, signalant, si besoin était, troubles et perturbations. Un vrai film noir qui nous happe dès les premières secondes : quelle est donc cette femme, fascinée par les poèmes... Lire la critique de En quatrième vitesse

43 19
Avatar Aurea
9
Aurea ·

Gone Baby, Gone.

Troisième long-métrage de Robert Aldrich, "En quatrième vitesse", tiré du roman "Kiss me deadly" de Mickey Spillane, permet au futur cinéaste des "12 salopards" de défoncer dans les grandes largeurs le cinéma noir américain, de propulser le genre de la série B dans les plus hautes sphères cinématographiques. Tout en respectant scrupuleusement les codes du roman noir, Aldrich les pousse dans... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

17
Avatar Gand-Alf
9
Gand-Alf ·

Les mystères de l'Ouest

Les années 1950, aux États-Unis, furent marquées par la guerre froide, l'anticommunisme, le maccarthysme et la traque obstinée d'éventuels sympathisants soviétiques. La paranoïa gagnait les arrière-salles de Washington à mesure que les listes noires s'allongeaient et que l'hypothèse d'une attaque nucléaire se profilait à l'horizon. Au moment où fut réalisé En quatrième vitesse,... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

21 12
Avatar Cultural Mind
8
Cultural Mind ·

La boîte atomique

Lorsque Mike Hammer pénètre à l’intérieur du Hollywood Athletic Club de Los Angeles, il poursuit une enquête faite de sauts de lieu en lieu à la découverte d’un mystère s’épaississant. Quand il en sort, hagard et sévèrement brûlé à la main, il est propulsé dans un monde nouveau. Auparavant, Robert Aldrich a su jeter le trouble dans l’univers de la série B, imposant une violence graphique... Lire l'avis à propos de En quatrième vitesse

7 1
Avatar Thaddeus
8
Thaddeus ·

Fausses pistes

Surprenant ce Kiss me deadly qui sous couvert d'enquête policière prend son temps pour faire de son héro un personnage malsain naviguant entre tous les codes qui sont censés être les ingrédients d'un film noir typique. On sent vraiment qu'Aldrich s'est fait plaisir à passer en revue les ficelles caractéristiques de ce genre de film pour les détourner, se les approprier pour jouer au chat et à la... Lire la critique de En quatrième vitesse

8
Avatar oso
8
oso ·