Tom Hardy, magnétique

Avis sur Enfant 44

Avatar Elgato65
Critique publiée par le

Tom Hardy, Noomi Rapace, Gary Oldman & Paddy Considine : joli casting. C'est peut être aussi la principale voie pour accéder à ce film puisque c'est surtout par ce biais que l'on a pu entendre parler d' "Enfant 44".
Il ne faut pas non plus négliger l'attrait du thème puisqu'un film historique sur la chasse à un tueur en série d'enfants sous le régime stalinien qui prônait pourtant l'absence totale de meurtres en URSS paraît instructif, prometteur de bons dilemnes et un bon sujet de cinéma.

On n'est clairement pas dans un film à Oscars mais on sent qu'on sent rapproche à certains égards et notamment au niveau de sa réalisation très académique.
En effet, Daniel Espinosa a choisi de traiter son sujet de manière assez froide et distancée. J'y vois un choix délibéré pour laisser le plus de place possible au récit et aux acteurs pour le faire vivre mais aussi pour rappeler l'ambiance froide et distante justement qui régnait en URSS dans ces années là.
C'est ma propre interprétation, je me trompe peut-être, mais si c'est le cas, ce choix me semble devoir être approuvé car ses objectifs présumés sont bien remplis.

La place laissée aux acteurs est effectivement bien remplie et notamment par Tom Hardy qui magnétise l'écran chaque fois qu'il passe devant la caméra. Cet acteur a un réel charisme et il sait s'en servir. Il n'est pas qu'un tas de muscles mais travaille aussi son regard, chose qu'oublient très souvent les acteurs qui partagent son gabarit.
Quant à Noomi Rapace, je la trouve habituellement assez inexpressive ce qui m'amène souvent à me demander pourquoi il y a autant de bruit autour d'elle. Pour la première fois depuis les "Millénium", je dois reconnaître qu'elle a fait un bon effort pour tenter de faire passer des émotions. Elle n'en est pas au niveau de Paddy Considine ou Gary Oldman mais c'est un bon début.

Quant à l'histoire, elle est traitée de la bonne façon : on en fait un thriller mais pas trop et on en restitue les enjeux et les faits historiques sans tomber dans le documentaire. Retracer de manière pudique une telle histoire permet d'éviter un certain nombre de faux pas qui auraient été prévisibles : nationalisme américain trop poussé, indécence dans la violence, voyeurisme, etc ...

Le dernier point positif que j'aimerai souligner, c'est la photographie. L'affiche le montre déjà très bien : les couleurs froides sont mélangées de telle sorte que l'on retrouve à l'écran une image pure et sombre à la fois, à dominante de bleu minéral.
Et cette photographie est servie par une maîtrise des jeux d'ombres et de lumières qui se ressent à l'écran.

Mais voilà, le film n'est pas un chef d'oeuvre non plus parce qu'il ne tient pas son spectateur en haleine et laisse même des phases de respiration bien trop longues où aucun enjeu ne se fait jour et ne fait avancer vraiment le récit.
Cela casse le rythme du récit et par là même l'immersion qu'il avait pu y avoir au début.
D'où ce sentiment un peu plus mitigé sur la fin.
Après, le film n'est pas du tout mauvais mais il a ce défaut qui le dessert énormément. Dommage !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 179 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Elgato65 Enfant 44