D'une occupation à l'autre

Avis sur Ete 44, la Libération

Avatar -Marc-
Critique publiée par le

Ce documentaire présente la Libération sous un angle très favorable au parti communiste. Sans que cela ne soit jamais dit on laisse le spectateur libre de penser que les FFI étaient communistes, alors que même chez les FTP, beaucoup ne l'étaient pas.
On passe sous silence le fait que les organes officiels du PC ont collaboré avec les boches tant que Staline et Hitler sont restés alliés.
Mais on ne pouvait attendre autre chose d'un documentaire produit par le service public.

Mais ce documentaire est le premier que je vois qui nous montre l'envers de nos "alliés". Tandis que les anglo-américains organisaient à l'avance l'occupation de l'Europe "libre" sous leur administration, les russes stoppaient leur avance pour laisser aux allemands le temps de liquider la résistance polonaise non communiste.
Chacun jouait sa carte personnelle. Les pays occupés n'étaient que les parts du gâteau que se préparaient à manger les vainqueurs.
Alors que les américains aidaient matériellement les russes, que les anglais leur demandaient de lancer une grande offensive à l'Est pour affaiblir les allemands, ceux-ci préféraient tergiverser jusqu'à ce que l'offensive de l'Ouest ne semble bien engagée.

Les français ont étés systématiquement écartés de toutes les opérations qui auraient pu leur permettre de prétendre figurer parmi les vainqueurs... du moins au début. Ainsi seuls les 177 hommes du commando Kieffer ont participé au débarquement de Normandie.
De Gaulle en installant au fur et à mesure de la progression des troupes alliées une administration française reconnue et approuvée par la population a empêché l'AMGOT de s'installer avec sa monnaie et son administration américaine (Ca ne les a pas empêchés de nous inonder de faux billets).
Leclerc en détachant une unité de sa division en violation des ordres reçus et avec l'aide de De Gaulle qui faisait le siège d'Eisenhower, ont fait comprendre aux américains qu'on n'empêcherait pas plus longtemps les français de libérer leur capitale. Le discours de De Gaulle à Paris explique clairement les enjeux:
"Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l'appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle."
Pas un mot pour les alliés.

Face à Churchill et Roosevelt, De Gaulle nous a donné une grande leçon: plus on est faible, plus on doit se montrer dur et intransigeant.

En Provence, le deuxième débarquement est au 2/3 constitué de forces françaises libres. Les américains se réservent la remontée du Rhône, tandis qu'ils envoient les deux corps d'armée français libérer les villes de la côte, mais les troupes françaises, grâce à l'aide très efficace de la résistance remontent plus vite à travers les Alpes.

Bref, les français ont un rôle essentiel dans la libération de leur pays (ce que les américains voulaient éviter) et Eisenhower lui-même reconnaitra que l'aide de la résistance française fut si précieuse qu'elle équivalut à 15 divisions.

Une phrase du commentaire aurait alors dû servir de conclusion: "Les français qui font la fête aux soldats américains l'ignorent encore, mais les américains ne font que commencer à débarquer".

Un autre reproche à faire à ce documentaire: il ne distingue pas suffisamment les exécutions de collabos sous l'occupation de l'épuration après la libération qui fut souvent le fait de résistants de la dernière heure ou même de gens qui s'étaient aplatis jusqu'au bout. Il regrette notamment que la résistance ait commencé à abattre des collabos avant le débarquement. J'en profite pour signaler que chez moi le chef du parti communiste local a été abattu par deux résistants communistes avant la libération.
Le PC faisait sa propre purge!

De toutes façons, l'expérience ne sert pas d'exemple, on se trouve toujours les plus belles justifications pour recommencer. Il y a pourtant des leçons que nous aurions dû tirer. Un ancien résistant me disait: "Pour sympathique et glorieuse que la résistance puisse paraître, il ne faudrait pas oublier que c'est la pire manière de faire la guerre. il ne faut pas attendre d'être occupé pour se battre".

Si ce documentaire présente quelques défauts de partialité, il reste ce que j'ai vu de plus juste sur la Libération de la France par elle-même (avec l'aide et le concours de nos alliés, car il faut reconnaître que nous avions besoin de leurs immenses moyens, ayant perdu l'essentiel des nôtres, et qu'on ne peut passer à la trappe les boys qui sont morts sur nos plages sous prétexte que leurs dirigeants les utilisaient pour nous asservir).

Les américains ne se rendent surement pas compte de ce qu'ils doivent à De Gaulle, car s'il n'avait pas empêché l'instauration de l'AMGOT en France, c'est toute l'Europe qui se serait trouvée partagée en deux groupes asservis par les puissances mondiales et on ne peut imaginer quelles en auraient été les conséquences. Malgré leurs principes démocratiques, les USA se seraient trouvés piégés dans un imbroglio totalitaire dont on voit mal comment ils auraient pu se sortir.
En tout cas, les européens de l'Ouest auraient été divisés en deux: collabos pro-américains et résistants anti-américains.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 147 fois
11 apprécient

Autres actions de -Marc- Ete 44, la Libération