Affiche Faute d'amour

Critiques de Faute d'amour

Film de (2017)

La vie se vautre d’être vaincue, sans amour…

On connait désormais l’aptitude d'Andrey Zvyagintsev à dresser un portait à charge de sa Russie natale : après Helena et ses ambitions sociales, Léviathan et son pessimisme... Lire la critique de Faute d'amour

113 19
Avatar Sergent Pepper
8
Sergent Pepper ·

Foule sentimentale

Une nouvelle fois, Andrei Zvyagintsev nous invite à scruter les méandres d’une Russie en ballotage, un pays qui perd son souffle à travers une déshumanisation carnassière. De ce postulat un peu rébarbatif dans lequel le cinéaste aurait pu étioler son cinéma et s’embourber dans des thèmes éculés par le passé, il arrive à déraciner un sujet vu et revu pour en faire une analyse sociétale... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

54 3
Avatar Velvetman
9
Velvetman ·

Faute d'amour

Dans Faute d'amour, un couple en instance de divorce délaisse son fils. Boris et Genia n’ont plus rien d’autre en commun qu’un appartement, qu’ils cherchent à vendre pour retrouver chacun de leur côté, une entière liberté. Leur fils unique, Aliocha, fruit encombrant d’un amour disparu dont aucun des deux ne veut assumer la responsabilité. Aliocha pleure seul en silence, déjà invisible pour... Lire la critique de Faute d'amour

30 7
Avatar voiron
8
voiron ·

Les âmes presque mortes

« Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. ». S'il demeure profondément ancré dans nos mémoires françaises, le célèbre incipit de L’Étranger pourrait facilement servir de point de départ aux différents films de Andreï Zviaguintsev. On y sent poindre le glacis émotionnel, qu'il affectionne tant, propice à l'introspection et au constat... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

52 8
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·

Ni le ciel, ni la terre, juste des Hommes

Il y a quelques mois s’achevait une œuvre qui, par son impact réflexif et émotionnel, marquera, à jamais je l’espère, les esprits tourmentés de ses spectateurs. Une œuvre qui transcende son simple format télévisuel pour s’inscrire dans une continuité beaucoup plus large, au caractère presque mystique : dépasser ses limites pour offrir aux mortels une introspection sur l’être dans sa... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

59 19
Avatar blacktide
7
blacktide ·

Aller et retour.

De belles séquences cinématographiques filment des personnages en train de courir. Cours, cours, cours ! Sorte de « Va, cours, vole et nous venge ». Ils le font presque tous et toutes ; et des cinéastes allant de Leos Carax à Robert Zemeckis nous ont offert des scènes remarquables pour illustrer des thèmes aussi divers que la liberté – si la course renvoie à une... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

17
Avatar Nonore
8
Nonore ·

Impensés russes

Après une ouverture immortalisant la nature moscovite en plans larges, Andrey Zvyagintsev installe sa caméra au coeur d'un appartement sans joie, mis sur le marché par un couple séparé et véhément. Déjà, le réalisateur russe nous donne à voir ce que les protagonistes eux-mêmes ont choisi d'ignorer : les pleurs cachés d'un enfant de douze ans étouffés par les querelles puériles de ses parents.... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

23 3
Avatar Cultural Mind
8
Cultural Mind ·

Andreï , y'a presque Faute de vanité là

Suite et fin (pour ce soir) des réalisateurs bobos qui envoient des coups de couteau dans le cerveau. Débarrassons-nous au préalable d'un détail : Andreï Zviaguintsev est un génie, digne héritier des plus grands maîtres russes. Ceci posé, et ce n'est pas négociable, tout génie, surtout quand il le sait, s'approche fatalement de plus en plus de la sortie de... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

20 15
Avatar takeshi29
8
takeshi29 ·

Message d'amour perdu

Andreï Zviaguintsev est un cinéaste du déchirement. Depuis "Le Retour" (2003), où un père et ses deux fils affrontaient des retrouvailles impossibles, jusqu'à "Faute d'amour" (2017), où un couple qui se déchire provoque la disparition de son enfant. En passant par "Le Bannissement" (2008), où un couple vole en éclats, déjà, puis , plus largement, une famille, dans "Elena" (2012) et enfin... Lire la critique de Faute d'amour

12 3
Avatar Anne Schneider
9
Anne Schneider ·

Love is all

Disons le tout de suite, Faute d’amour est un bon film, bien mis en scène, bien photographié, bien joué, avec un scénario qui tient en haleine pendant deux heures. Malheureusement il est un peu trop théorique, muni de personnages trop stéréotypés pour convaincre totalement. Le film nous dépeint l’état de la société russe actuelle et ce n’est pas gai à voir. L’homme et... Lire l'avis à propos de Faute d'amour

11 15
Avatar Roinron
7
Roinron ·