👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il y a des films comme ça... Des films sur lesquels souffle un vent de magie, des films grâce auxquels notre coeur s'allège avant de s'envoler telle une plume inspirée...

C’est le cas de Forrest Gump.
A mi-chemin entre la fable et l'épopée, Robert Zemeckis nous conte les tribulations d’un simple d’esprit parvenant innocemment à s’inviter au chevet de l’Histoire américaine du 20ème siècle.
Et lorsque le jeune Forrest rencontre son seul et unique amour, celui-ci finira par se libérer de ses fers au prix d'une course-poursuite aux allures de parabole : celui qui ne savait pas qu’il pouvait, en était capable ; alors peut-être en était-il de même pour son "intelligence" ? Qui sait ?

Je crois que la magie de Forrest Gump, outre ses idées foisonnantes, son rythme exceptionnel (en raison d'un montage efficace), son scénario plein de rebondissements, et sa bande-son tubesque des années 60-70, vient du point de vue de la personne handicapée, tel celui d’un enfant, qui nous montrerait le monde sous un angle neuf et innocent, lui conférant toute sa poésie.

Pourtant, le destin de cet homme s'avère improbable, et c’est là que Robert Zemeckis prouve tout son talent, parce qu'au final on s’en fout et pas qu'un peu, on a juste envie de rêver à sa fable, de rêver que tout est possible, et pour n’importe qui.
D'ailleurs, si cela fonctionne, c'est que les bons sentiments n'ont rien d'évident, il y a toujours un contre-pied à ces derniers dans la narration, le réalisateur américain ayant même tendance à s’en moquer.

Bien sûr, pour parvenir à un tel résultat, il fallait un Tom Hanks époustouflant. Et quelle performance !
Alors on rit, on pleure, on a un peu peur aussi, au Vietnam.
C'est une belle histoire, avec un final magnifique, qui parvient à chaque fois à me soutirer quelques larmes au moment où Forrest apprend et comprend

qu’il est le papa de cet enfant "intelligent".


Une pure merveille du cinéma populaire.

RimbaudWarrior
10

il y a 6 ans

58 j'aime

13 commentaires

Forrest Gump
Docteur_Jivago
2
Forrest Gump

Heureux sont les simples d'esprit...

Je le savais bien... Déjà plus jeune je n'aimais pas forcément ce film mais le revoir a été une bien mauvaise idée et ça ne fait que me conforter dans mon opinion et sur ce que je peux penser d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

60 j'aime

24

Forrest Gump
RimbaudWarrior
10
Forrest Gump

Itinéraire d’un enfant raillé

Il y a des films comme ça... Des films sur lesquels souffle un vent de magie, des films grâce auxquels notre coeur s'allège avant de s'envoler telle une plume inspirée... C’est le cas de Forrest ...

Lire la critique

il y a 6 ans

58 j'aime

13

Forrest Gump
TheBadBreaker
9
Forrest Gump

Léger comme une plume, savoureux comme du chocolat

Une plume s'envole et tombe aux pieds d'un homme. Cette plume symbolise deux choses : l'écriture (la narration) et la légèreté. C'est ainsi qu'une histoire nous est contée; celle d'un homme simple...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

Le Juge et l'Assassin
RimbaudWarrior
8

Prières et le loup

Plutôt que de nous obliger à nous taper une énième rediffusion du Gendarme-et-de-je-sais-pas-qui sur M6 pour rendre hommage à Michel Galabru, Arte a eu le bon goût de rediffuser le grand drame qui le...

Lire la critique

il y a 6 ans

46 j'aime

12

Buffet froid
RimbaudWarrior
9
Buffet froid

Le poltron, le fruste et le fainéant

Bertrand Blier aurait, paraît-il, assez rapidement écrit le scénario de Buffet Froid en partant de l'un de ses rêves récurrents qu'il prête ici à son personnage principal qu'incarne Gérard...

Lire la critique

il y a 6 ans

39 j'aime

14

Martyrs
RimbaudWarrior
9
Martyrs

Laissons Lucie faire

J'avais complètement zappé la polémique quant à son interdiction aux moins de 18 ans à sa sortie, alors quand je me suis installé devant une diffusion de Martyrs sur Canal, je ne vous explique pas la...

Lire la critique

il y a 6 ans

36 j'aime

7