👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Les américains ne savent pas lire. Imaginez un peu la torture que peut représenter pour eux la vision d'un film en VOst. Alors ils ont trouvé un truc: refaire tous les bons films étrangers! Superbe comme idée, non? Il existe alors deux catégories de films. Celle où cela s'avère être une bonne idée (le Vanilla Sky de Crowe), et donc celle où ça l'est beaucoup moins (le Millenium de Fincher, mais surtout Psycho de Van Sant). Il se trouve que Funny Games appartient malheureusement à la seconde catégorie.
Pourquoi? Parce qu'Haneke a beau reprendre lui-même l'entreprise de ce remake, il s'avère que ce film est avant tout inutile, et j'en suis le premier déçu. Pourtant, le casting avait de quoi faire son petit effet: Déjà, il y avait Naomi Watts, exigée par le cinéaste lui-même. Rien que pour cette présence, le film était déjà intéressant. Ajouté à cela, Tim Roth, mais aussi Michael Pitt et Brady Corbet en jeunes sadiques.
Hélas, même si Naomi arrive à tirer son épingle du jeu - normal me direz-vous - , c'est à peu près la seule. Franchement, à qui Michael Pitt peut-il bien faire peur? Un droite dans sa tête et c'est réglé. Sans parler de Brady Corbet, véritable catastrophe..
Mais surtout, ce remake permet de rendre compte du seul petit défaut que possédait l'oeuvre originale: son petit "temps mort" lorsque les 2 ravisseurs quittent la maison au bout d'une heure de film. Là, cette partie semble interminable.
Et je sais que ma critique semble facile, et je ne peux vraiment l'expliquer, mais il manque un peu de "tout" à ce remake pour arriver à la hauteur de l'original. Ainsi, comme je l'ai dis auparavant, même si on y gagne Naomi, on y perd encore plus avec l'absence du formidable Ulrich Mühe, mais surtout celle d'Arno Frisch, qui rendait son perso si détestable, et la situation si atroce.
Malgré la volonté d'Haneke de moderniser son récit, en remplaçant le vieux lecteur cassette du premier par un lecteur CD, ou bien en incorporant le téléphone portable, à la place de la "vieille cabine", cela ne sert pas toujours le récit, au contraire. Pour ma part, j'ai toujours du mal à imaginer que le couple ne possède qu'un portable pour deux, vu leur apparente bonne situation financière. Puis même la scène des "oeufs" me paraît bien fade ici, alors je ne sais que dire de plus.. Juste "dommage" peut-être, car pour une fois, l'intention était sincère.
Le_Prophète
3
Écrit par

il y a 9 ans

30 j'aime

9 commentaires

Funny Games U.S.
Ezhaac
5

Casse encore mon quatrième mur et je te casse autre chose

C'est bien joué et joliment mis en scène, avec des plans séquence qui feront plaisir aux inconditionnels, mais c'est à peu près tout. Oh wait, on maltraite des enfants, aussi, et le début est une...

Lire la critique

il y a 11 ans

46 j'aime

8

Funny Games U.S.
Sylfaen
9

Critique de Funny Games U.S. par Julien Camblan

On ne voit rien venir. Et on est emporté dans une débauche de violence gratuite. Il n'y a aucune explication, aucun message, juste de la violence pure et des victimes qui ne comprennent pas. C'est...

Lire la critique

il y a 12 ans

35 j'aime

3

Funny Games U.S.
Le_Prophète
3

"Bonjour, on va jouer à un jeu."

Les américains ne savent pas lire. Imaginez un peu la torture que peut représenter pour eux la vision d'un film en VOst. Alors ils ont trouvé un truc: refaire tous les bons films étrangers! Superbe...

Lire la critique

il y a 9 ans

30 j'aime

9

Les Griffes de la nuit
Le_Prophète
8

"I Have a Dream" qu'il disait.

Le moins que l'on puisse dire, est que Wes Craven et John Carpenter (sans oublier les très bons Argento et Romero, mais dans un genre bien différent) sont sans conteste les maîtres de l'horreur...

Lire la critique

il y a 9 ans

28 j'aime

Oblivion
Le_Prophète
4
Oblivion

Au pays des blockbusters, Tom Cruise est roi

Un bon travail, un conjoint (que l'on aime pas forcément), et une jolie baraque: voilà qui a de quoi rendre heureux. D'entrée de jeu, le film s'avère donc être une féroce critique du conformisme...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

9

Ghost
Le_Prophète
7
Ghost

I neeeeeeeeeeeEEEEEEEEEeeeeeed your loveeeee !

Il y a des films que l'on a quelque peu honte d'aimer. Ghost fait assurément partie du lot. D'autant qu'il réunit tous les éléments niais et clichés du film de genre, et que les effets spéciaux sont...

Lire la critique

il y a 9 ans

26 j'aime

5