Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

I neeeeeeeeeeeEEEEEEEEEeeeeeed your loveeeee !

Il y a des films que l'on a quelque peu honte d'aimer. Ghost fait assurément partie du lot. D'autant qu'il réunit tous les éléments niais et clichés du film de genre, et que les effets spéciaux sont loin d'être top.. Mais non, ça ne change rien.
Ghost raconte donc l'histoire d'un mec follement amoureux, qui se fait agresser dans une rue, et meurt. Devenu fantôme, il essaye de communiquer avec sa bien-aimée, qui lui manque tant, par l'intermédiaire d'une médium.
Ce mec, c'est le regretté Patrick Swayze, un acteur qui, à défaut de n'avoir eu que des bons rôles, a au moins le mérite d'avoir été un acteur toujours satisfaisant.
Son amour, c'est Demi Moore, à l'époque où celle-ci était surement l'une des actrices les plus sexy d'Hollywood.. et n'avait pas encore décidée de ne jouer que dans des nanar. Cela dit, elle n'a pas trop de mérite: elle passe son film à pleurer.
La médium, c'est notre génial Whoopi Goldberg, toujours là pour apporter une petite dose d'humour à un film qui n'en compte pas beaucoup.
Parce que oui, Ghost, c'est un peu super triste. C'est tellement niais, que ça en devient beau. A titre d'exemple, la scène où les deux amoureux se disent adieu à la toute fin du film est d'une beauté à couper le souffle. Et pourtant, c'est pas du Malick. Non, c'est plus dans le genre Spielberg, à gros coup de "tu dois pleurer là, parce que c'est triste. Et regarde, je rajoute même une musique qui te donnera encore plus envie de chialer." La différence étant, que ça paraît beaucoup plus sincère ici.
J'aime beaucoup également l'acteur qui joue le "fantôme dans le métro", et dont j'ignore le nom, mais qui a, la tête de l'emploi.
En définitive, c'est assez horrible comme histoire: un homme se fait tuer dans une rue, conséquence: une femme perd l'amour de sa vie, et ne pourra donc plus jamais être "physiquement" avec lui, car ils pourront échanger quelques paroles une dernière fois, mais plus jamais être en réel contact.
Oh et puis il y a biensûr la scène de la poterie, d'un érotisme immense, qui a assurément marqué toute une génération. Demi Moore, mon dieu..
Mais surtout, il y a Unchained Melody, l'une des plus belles musiques au monde.

Et voilà, je suis tout triste maintenant..
Le_Prophète
7
Écrit par

Créée

le 15 avr. 2013

Modifiée

le 15 avr. 2013

Critique lue 2.2K fois

30 j'aime

5 commentaires

Le_Prophète

Écrit par

Critique lue 2.2K fois

30
5

D'autres avis sur Ghost

Ghost
Le_Prophète
7

I neeeeeeeeeeeEEEEEEEEEeeeeeed your loveeeee !

Il y a des films que l'on a quelque peu honte d'aimer. Ghost fait assurément partie du lot. D'autant qu'il réunit tous les éléments niais et clichés du film de genre, et que les effets spéciaux sont...

le 15 avr. 2013

30 j'aime

5

Ghost
Torpenn
4

Le spectre du tocard

Pour les enfants qui n’étaient pas nés en 1990, il faut savoir que Ghost, c’est un énorme phénomène en son temps, un truc qui rapporte autant qu’un Hunger Games de nos jours si vous voulez une...

le 8 janv. 2014

25 j'aime

31

Ghost
Black_Adam
2

Demi Moore installe une alarme de maison

J’hallucine, je ne m’attendais pas à un film aussi nul. N’importe quel téléfilm d’amour sur M6 est mieux à coté de ça. Surtout ceux de Noel, des Citizen Kane à coté. C'est ca la fameuse scène culte,...

le 14 août 2020

20 j'aime

6

Du même critique

Ghost
Le_Prophète
7

I neeeeeeeeeeeEEEEEEEEEeeeeeed your loveeeee !

Il y a des films que l'on a quelque peu honte d'aimer. Ghost fait assurément partie du lot. D'autant qu'il réunit tous les éléments niais et clichés du film de genre, et que les effets spéciaux sont...

le 15 avr. 2013

30 j'aime

5

Les Griffes de la nuit
Le_Prophète
8

"I Have a Dream" qu'il disait.

Le moins que l'on puisse dire, est que Wes Craven et John Carpenter (sans oublier les très bons Argento et Romero, mais dans un genre bien différent) sont sans conteste les maîtres de l'horreur...

le 22 avr. 2013

29 j'aime

Oblivion
Le_Prophète
4

Au pays des blockbusters, Tom Cruise est roi

Un bon travail, un conjoint (que l'on aime pas forcément), et une jolie baraque: voilà qui a de quoi rendre heureux. D'entrée de jeu, le film s'avère donc être une féroce critique du conformisme...

le 18 avr. 2013

27 j'aime

9