Adios Mother Fucker !

Avis sur Gemini Man

Avatar HITMAN
Critique publiée par le

Thriller d’action dans la veine d'À l'aube du sixième jour & Replicant avec les prouesses techniques en plus notamment une 3D tournée en 4K à 120 images par seconde, ensuite diffusé en 60 images par seconde, on n'arrête pas le progrès du Dieu Dollars d'Hollywood, qui met en vedette un Double Impact, Will Smith VS Will Smith (Bad Boys, Aladdin) dans le rôle de Junior & d'Henry Brogan, ce dernier un assassin d’élite de la DIA (Defense Intelligence Agency), qui est soudainement ciblé et poursuivi par un jeune et mystérieux agent qui semble être en mesure de prévoir chacun de ses gestes.
Ce Blockbuster Paramount Pictures au budget de 138 millions de dollars est réalisé par le cinéaste chinois Ang Lee (Salé sucré, L'Odyssée de Pi), produit par les producteurs Jerry Bruckheimer, David Ellison, Dana Goldberg et Don Granger. Gemini Man est resté en phase de développement pendant plus d'une vingtaine d’années chez Jerry Bruckheimer Films, passant de studio en studio (Walt Disney Pictures, Skydance Media), changeant plusieurs fois de réalisateurs (Tony Scott, Curtis Hanson & Joe Carnahan) et surtout de vedettes (Harrison Ford, Chris O'Donnell, Mel Gibson & Clint Eastwood).
Au casting d'espionnage futuriste, Mary Elizabeth Winstead (Destination finale 3, 10 Cloverfield Lane), Clive Owen (Le Roi Arthur, The Informer) et Benedict Wong (Sunshine, Annihilation), Linda Emond (Les Derniers Jours de Monsieur Brown, Dark Water), Ralph Brown (Alien 3, Jack le chasseur de géants) et E. J. Bonilla (Les Baronnes).

J'suis grillé comme un toast !

À la retraite depuis peu de temps, le tueur d'élite Henry Brogan apprend que sa dernière cible n'était pas un dangereux bioterroriste, comme l'avait prétendu la directrice de l'agence gouvernementale secrète pour laquelle il travaillait. Il apprend que cette dernière a agi sous l'impulsion de Clay Verris, ex-supérieur d'Henry, aujourd'hui à la tête de Gemini, firme privée spécialisée dans le développement de nouvelles armes. Démasquant rapidement l'agente chargée de le surveiller, Brogan prend la fuite avec elle après avoir éliminé les sbires envoyés par Verris. Réfugié chez un vieil ami à Carthagènes, en Colombie, le tueur y affronte un nouvel assassin, plus redoutable et efficace, qui est en fait son clone, de vingt-cinq ans son cadet.

À la prochaine guerre !

Plus jamais de guerre !

Après l'échec d’Un jour dans la vie de Billy Lynn, son précédent film qui exploitait déjà cette HFR 3D (High Frame Rate 3D) ou 3D+, Ang Lee persiste dans une mise en scène fluide à cadence élevée de trois dimensions, à l'image certes époustouflante et aux effets visuels conséquents de Weta malgré quelques ratés lors de la première confrontation entre les deux principaux protagonistes !
Bien sûr il est toujours très intéressant de voir l'approche créative d'un acteur principal dans un tel film à plusieurs rôles comme le Roi Eddie Murphy, Mike Myers, Tom Hanks ou plus récemment Cate Blanchett et Noomi Rapace…
Mais plusieurs fois, on découvre de jour Smith en Junior et il y a comme un effet gênant de gommage qui entache la composition artistique de l'acteur comme le regrettable lifting numérique de Michael Douglas dans Ant-Man ! Malgré une certaine qualité technique perceptible seulement dans dix salles équipées en France, on est loin de la révolution cinématographique tant espérée par la production comme T2 ou Avatar en leur temps. Les bastons numériques de Will & Will dans les catacombes sont équivalentes aux confrontations fluides des Ninja Vampires face à Blade dans Blade 2 ! Et le plus gênant pour finir reste le contenu scénaristique simpliste, aux dialogues parfois trop long et des péripéties ennuyeuses car déjà vues mille fois à l'écran, le récit n'est que prétexte à la mise en scène technique de Lee ! Dommage c'est beau visuellement mais pas historique !

J'suis pas toi !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 209 fois
8 apprécient

HITMAN a ajouté ce film à 5 listes Gemini Man

Autres actions de HITMAN Gemini Man