Advertisement
Affiche Gentleman Jim

Critiques de Gentleman Jim

Film de (1942)

La Ballade de Jim

Je viens de me découvrir un nouveau héros, celui qu'on admire naturellement et qui donne l'impression de pouvoir soulever des montagnes avec une aisance déconcertante. Celui qui vous embarque avec lui dans ses aventures sans que jamais vous ne puissiez douter de son dénouement, celui qui avec un sourire parvient à transformer du mépris en déférence, celui qui en quelques mots parvient à... Lire la critique de Gentleman Jim

63 20
Avatar Gwimdor
10
Gwimdor ·

Le pavé sans amarres

Gentleman Jim, ou l’irruption à l’écran d’une torpille dont on va suivre la trajectoire avec jubilation et vertige. Errol Flynn a du charme, il le sait, et nous le fait savoir : son personnage est d’un culot phénoménal, et arpente l’échelle sociale comme d’autres courent dans les escalators pour aller plus vite. C’est d’autant plus grisant qu’il balade avec lui un charme indéniable mêlé à une... Lire la critique de Gentleman Jim

53 12
Avatar Sergent Pepper
9
Sergent Pepper ·

Jim, tout nique

Recommandé il y a une éternité par l'ami Gwimdor (je vous invite à lire sa critique passionnée et passionnante) et plus récemment par Black_Key grâce à Lire la critique de Gentleman Jim

51 23
Avatar Gothic
8
Gothic ·

Et roule flying Jim.

Deuxième Raoul Walsh avec Errol Flynn après La charge fantastique, et boum, quasiment la même. On croirait presque que le grand blondinet te somme de le suivre et que tout le monde s'exécute sans la moindre hésitation. Même d'un bagarreur prétentieux, rustre et magouilleur qui fait son malin, tout ça parce qu'il a trouvé comment voler comme le papillon et piquer comme la guêpe, Errol Flynn... Lire la critique de Gentleman Jim

42 6
Avatar drélium
8
drélium ·

La Flynn fleur de la boxe!

Je ne sais même pas par où commencer cette critique tant j’ai le cœur encore battant après ce chef d’œuvre. Je devrais peut-être me poser un peu avant d’essayer de décortiquer tout ça non ?... Oh et puis non après tout, une critique à chaud c’est bien, c’est bouillant, représentatif de l’atmosphère explosive des rings où combat ce cher Jim ! Il faut bien le dire, à la base, la boxe,... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

39 16
Avatar Melly
10
Melly ·

Roi de la boxe

Le réalisateur s'est inspiré de la vie d'un boxeur célèbre de la fin du XIXème siècle:James J. Corbett, devenu professionnel après avoir été un modeste employé de banque. C'est l'étincelant et virevoltant Errol Flynn qui incarne de façon irrésistible ce dandy ambitieux, rusé, vaniteux et insolent, qui malgré tous ses défauts, ou peut-être grâce à eux, va grimper dans... Lire la critique de Gentleman Jim

52 10
Avatar Aurea
10
Aurea ·

Errol Flynn, boxeur au grand cœur

San Francisco, fin du XIXe, le noble art est prohibé et les combats s’organisent la nuit sur un terrain vague, les quais ou dans un bâtiment délabré. Un club de notables appréciant la boxe veut redonner à ce sport ses lettres de noblesses. Pour cela, il faut recruter des boxeurs de bonne famille et boxant selon les règles du Marquis de Queensberry (16 règles qui forment le code écrit en 1865... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

36 8
Avatar Vincent_Ruozzi
10
Vincent_Ruozzi ·

La lutte des classieux

Et voilà comment 104 minutes de bonheur pelliculé renversent toutes les vérités que nous pensions depuis longtemps acquises. On croit en effet qu’il n’existe pas de recette pour accoucher d’un chef-d’œuvre. Que chacun d’entre eux obéit à ses propres lois dont la plus importante est une part de mystère insondable qui a dépassé jusqu’à ses propres créateurs. Gentleman Jim prouve, avec une... Lire la critique de Gentleman Jim

64 13
Avatar guyness
10
guyness ·

Walsh par K-O !

Raoul Walsh profite de sa troisième collaboration avec Errol Flynn, sur sept au total, pour s'inspirer de la vie du boxeur James J. Corbett, d'abord simple employé de banque ambitieux qui va peu à peu trouver son salut à travers le monde de la boxe. Le mettant d'abord dans la posture d'un simple employé de banque, Raoul Walsh braque sa caméra sur Corbett et en livre le portrait d'un... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

31 5
Avatar Docteur_Jivago
9
Docteur_Jivago ·

Dans le sillage du météore désinvolte

Œuvre de référence d'un sous-genre à part entière, le film de boxe, Gentleman Jim est l'illustration parfaite qu'un biopic, pour être bon, doit davantage relever d'une démarche artistique que d'une volonté d'être réaliste. En effet, de l'existence de James J. Corbett nous n'en connaîtrons que les grandes lignes (ses origines modestes, son ascension sociale par la force des poings, etc.... Lire l'avis à propos de Gentleman Jim

24 3
Avatar Kalopani
8
Kalopani ·