👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Après en avoir pris plein la tronche en regardant "Voyage à Tokyo", c'est non sans un certain enthousiasme que j'entamai le visionnage de ce "Gosses de Tokyo", film muet que Ozu tourne vingt ans plus tôt.

Le film débute par une scène de déménagement : Une petite famille, un couple et ses deux jeunes enfants, s'installe dans les faubourgs de Tokyo. Les premiers contacts avec les enfants du quartiers sont tendus : et oui, pour des enfants, toujours difficile de se faire accepter dans une bande... Les deux gosses, rejetés, iront même jusqu'à faire l'école buissonnière, de peur de se faire bastonner. Cette première partie du film nous décrit, non sans humour (et ça vire même parfois au burlesque) comment les deux frères tentent de se faire accepter par les gosses du quartier.

Le film prend ensuite une tournure toute différente, presque inattendue, lorsque les enfants se rendent compte que leur père n'est pas "quelqu'un d'important" et qu'il travaille comme simple employé pour une personne plus importante que lui. Encore une fois, Ozu nous amène ça d'une façon magistrale, avec une scène d'une simplicité criante et non dénuée d'humour. Suite à ça, les enfants se rebellent : pourquoi aller à l'école et apprendre si c'est pour devenir comme leur père, à travailler pour le compte d'un patron plus riche que soi. Là où l'enfance permet encore de s'improviser chef de bande, l'âge adulte reflète une toute autre réalité, plus dure et difficile à accepter quand on a que 8 ou 10 ans.

Avec ce film, Ozu passe maître dans l'art de décrire les rapports familiaux, tout comme on le verra plus tard dans "Voyage à Tokyo", et il le fait de la façon la plus simple et la plus belle qui soit.
Mr_Jones
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Films découverts sur Senscritique et Petites pépites à découvrir de toute urgence !

il y a 10 ans

41 j'aime

11 commentaires

Gosses de Tokyo
Docteur_Jivago
9

À quoi bon ?

Ce qui m'a d'abord marqué dans le cinéma d'Ozu, c'est sa façon de mettre en scène, avec autant d'intelligence que de finesse, les liens familiaux, l'ordre établi dans une famille ainsi que les...

Lire la critique

il y a 4 ans

17 j'aime

4

Gosses de Tokyo
Moorhuhn
7

Critique de Gosses de Tokyo par Moorhuhn

Je découvre Ozu avec ce film, pas son plus connu ni son plus aimé mais en tout cas la qualité était au rendez-vous, j'ai vraiment apprécié ce film. Visuellement parlant c'est très sobre mais en même...

Lire la critique

il y a 10 ans

7 j'aime

Gosses de Tokyo
Aramis
8

Les quatre cent coups

Contrairement à Hollywood, où le muet a virtuellement disparu des écrans dès le début des années 30 (à l’exception d’un certain Charlie Chaplin), le cinéma japonais a continué à produire des films...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

Le Bateau
Mr_Jones
9
Le Bateau

LE film de sous-marin

Captivant! De bout en bout, cette histoire de l'équipage d'un sous-marin allemand durant la seconde guerre mondiale nous tient en haleine pendant plus de 3 heures! Et on ne voit pas le temps...

Lire la critique

il y a 11 ans

47 j'aime

9

Hugo Cabret
Mr_Jones
7
Hugo Cabret

Georges Méliès ou celui qui découvrit le potentiel narratif du cinéma

Lorsque la première bande annonce d'Hugo Cabret sort, il y a quelques mois de cela, je me suis définitivement demandé ce qui arrivait à ce bon vieux Marty. The Departed n'était pas encore trop mal...

Lire la critique

il y a 10 ans

41 j'aime

6

Gosses de Tokyo
Mr_Jones
9

Ozu, tout simplement.

Après en avoir pris plein la tronche en regardant "Voyage à Tokyo", c'est non sans un certain enthousiasme que j'entamai le visionnage de ce "Gosses de Tokyo", film muet que Ozu tourne vingt ans plus...

Lire la critique

il y a 10 ans

41 j'aime

11