👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Parmi les quelques noms de films d'horreur qu'il faudrait voir, de ceux qui feraient passer Saw pour de gentilles bluettes, est souvent revenu celui de Guinea Pig. Soit une série japonaise composée de six films, de durée variable, de réalisateurs différents mais dont le point commun est une violence crue, malsaine, abjecte. Miam.

J’ai pu voir le deuxième et le cinquième, et constater jusqu’où nos amis japonais pouvaient aller dans l'horreur grandiloquente et démonstrative.

Flower of flesh and blood possède un titre charmant. Il nous fait assister pendant une demi-heure à la lente mutilation d'une jeune femme par un étrange personnage dérangé comme il se doit. Et c'est tout. Elle va se faire charcuter et démembrer dans une unique pièce. Et c'est tout. Le film est présenté comme authentique, une captation retrouvée du massacre.

Il en faut généralement un peu pour m'émouvoir, et je dois reconnaître à Flower of flesh and blood de m'avoir mis assez mal à l'aise. Le film a pourtant plus de trente ans. Il y a bien quelques artifices un peu ratés, tels que des bruitages trop appuyés, ou le jeu grossier du psychopathe. Mais le reste est pourtant d'une incroyable f(r)acture, que ce soit dans la chair qui se déchire, dans les énucléations, et autres joyeusetés morbides. Le spectateur est voyeur, enveloppé par l'atmosphère malsaine et grotesque qui se dégage. Le film se regarde avec un plaisir très étrange, celui de se faire remuer les tripes, avec la curiosité d’aller jusqu’au bout de cet étripage.

La petite histoire veut que la VHS de ce film soit tombée entre les mains de Charlie Sheen qui alerta le FBI et contacta les autorités japonaises. Le réalisateur Hideshi Hino dut prouver à la justice qu'il s'agissait bien d'effets spéciaux.

On peut s'en moquer, mais il faut imaginer FFB avec une image dégradée de cassette vidéo, copiée et échangée de mains en mains, brouillant encore plus la frontière entre fiction malade et réalité tordue. L'image sur le DVD est presque trop propre. Il m'a semblé avoir vu que certaines éditions proposaient un filtre VHS qui devrait permettre de mieux comprendre l'impact qu'a eu le film à son époque. Pour mieux en restituer la malsaine beauté.

SimplySmackkk
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Défi 365 critiques en 2019 (Films)

il y a 3 ans

2 j'aime

2 commentaires

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Zogarok
7

Critique de Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood par Zogarok

S’insinue alors un heureux paradoxe, le film se voulant si expressément macabre, réclamant tellement l’absolu, qu’il apparaît plus "grotesque" qu’inquiétant : la chorégraphie de l’horreur est en fait...

Lire la critique

il y a 8 ans

9 j'aime

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Bavaria
1

Critique de Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood par Mickaël Barbato

Le film qui a fait craquer Charlie Sheen : après avoir visionné cet étalage de gore, l'acteur était persuadé d'avoir assister à un authentique snuff et en a informé les autorités qui sont remontés...

Lire la critique

il y a 12 ans

8 j'aime

5

Guinea Pig : Flower of Flesh and Blood
Subversion
3

À la recherche de l'intérêt perdu

On peut difficilement passer à côté des Guinea Pig, cette saga de faux snuffs-movie qui ne cessent d'alimenter des rumeurs folles sur Internet et de diviser les spectateurs. J'ai longtemps hésité à...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

2

Scott Pilgrim
SimplySmackkk
8

We are Sex Bob-Omb and we are here to make you think about death and get sad and stuff!

Le film adaptant le comic-book culte de Brian aura pris son temps avant d'arriver en France, quatre mois après sa sortie aux Etats-Unis tandis que le Blu-Ray est déjà sur les rayons. Pourquoi tant de...

Lire la critique

il y a 11 ans

39 j'aime

7

Calmos
SimplySmackkk
8
Calmos

Calmos x Bertrand Blier

La Culture est belle car tentaculaire. Elle nous permet de rebondir d’oeuvre en oeuvre. Il y a des liens partout. On peut découvrir un cinéaste en partant d’autre chose qu’un film. Je ne connaissais...

Lire la critique

il y a 2 ans

37 j'aime

13

The Suicide Squad
SimplySmackkk
7

Deuxième round de la Suicide Squad, gaffe, ça gicle

Si le premier film Suicide Squad de David Ayer n’a pas été un grand succès critique, il l’a été dans les salles, faisant rentrer plein d’oseille et même un Oscar des meilleurs maquillages et...

Lire la critique

il y a 9 mois

32 j'aime

1