👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Un vieil ouvrier travaillant dans une ferme est sommé par son patron de convoyer un cheval gris de 28 ans, nommé Ulysse, vers les arènes d'Arles où il servir comme picador durant une corrida. Il part avec le cheval au départ à contre-coeur, mais va finir par s'y attacher, au point qu'il veut l'empêcher d'être en face d'un taureau, le conduisant à une mort certaine.

Heureux qui comme Ulysse est le dernier film tourné par Fernandel, lequel décèdera l'année suivante, sa version de Don Camillo et le contestataires ne sera jamais terminée. D'où la mélancolie qui ressort de cette histoire, qui fait aussi penser à La vache et le prisonnier dans le sens où l'homme s'entend mieux avec l'animal qu'avec ses semblables, mais on sent quand même le monde changer autour de lui, la jeunesse qui roule en mobylette, la Provence qui semble presque désuète, mais au fond ne restent que les valeurs humaines, celle d'un homme attaché à un animal promis à une mort certaine, non seulement âgé mais en plus blessé à une patte.
D'où le fait que l'histoire est touchante, même si on sent que Fernandel est un peu seul à l'écran, avec comme seul compagnon ce cheval gris, comme si les autres acteurs et actrices n'existaient pas. Mais ici, c'est un acteur qui ne cabotine pas, qui ne fait pas son fameux sourire chevalin, il reste d'une grande sobriété : au fond, le film est un road trip se passant en Camargue et en Provence où on passe vers Saint-Rémy-de-Provence, ou Arles.

C'est clairement l'ambiance du Sud, avec les cigales, la chanson-titre de George Brassens, la bonhommie de Fernandel, et un pincement au cœur au dernier plan, quand il s'éloigne du cadre, même si c'est inconscient, c'est un acteur de talent qui nous quitte. Et qui plus est dans une histoire humaniste, où le cheval est et sera son meilleur ami.

Boubakar
7
Écrit par

il y a 11 mois

5 j'aime

Heureux qui comme Ulysse...
Incertitudes
8

Critique de Heureux qui comme Ulysse... par Incertitudes

Lorsque Fernandel tourne ce film, il n'a plus tourné depuis deux ans. Il se dit marqué par le décès de son copain Bourvil. Vous l'avez deviné, on n'est pas ici dans la grosse comédie. Le comique...

Lire la critique

il y a 7 ans

10 j'aime

3

Heureux qui comme Ulysse...
EIA
7

Critique de Heureux qui comme Ulysse... par EIA

Je mets un sept parce qu'objectivement le film n'est pas ce qu'on peut appeler "un grand film". Mais c'est ma première émotion cinématographique. Fernandel est touchant, tout à fait touchant. Un film...

Lire la critique

il y a 9 ans

6 j'aime

1

Heureux qui comme Ulysse...
Boubakar
7

Le dernier voyage.

Un vieil ouvrier travaillant dans une ferme est sommé par son patron de convoyer un cheval gris de 28 ans, nommé Ulysse, vers les arènes d'Arles où il servir comme picador durant une corrida. Il part...

Lire la critique

il y a 11 mois

5 j'aime

Total recall
Boubakar
7
Total recall

Arnold Strong.

Longtemps attendues, les mémoires de Arnold Schwarzenegger laissent au bout du compte un sentiment mitigé. Sa vie nous est narrée, de son enfance dans un village modeste en Autriche, en passant par...

Lire la critique

il y a 9 ans

43 j'aime

3

Dragon Ball Z : Battle of Gods
Boubakar
3

God save Goku.

Ce nouveau film est situé après la victoire contre Majin Buu, et peu avant la naissance de Pan (la précision a son importance), et met en scène le dieu de la destruction, Bils (proche de bière, en...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

11

De rouille et d'os
Boubakar
9

La rencontre entre la destruction et la reconstruction.

Comme souvent, je vais voir un film en en sachant le moins possible (d'ailleurs, je n'ai pas vu la bande-annonce), tout au plus, je savais qu'il était question d'amputation, et c'est tout. Et ce que...

Lire la critique

il y a 10 ans

37 j'aime

1