👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Bon, si vous voyez écrit High-Five dans l’article, c’est normal, je ne m’en suis aperçu qu’en me relisant, et maintenant que j’ai ça dans la tête, il est fort probable que j’en oublie encore..

High-Rise est une belle déception. Confirmée par la bonne quinzaine de personnes qui ont quitté la salle. De Ben Wheatly je ne connais que Touristes, la comédie noire bizarre et assez cool, les attentes ne crevaient donc pas le plafond, surtout vu la différence entre les deux films, High-Rise se situant plutôt dans la dystopie bizarroïde en huis-clos.

Enfin, ça commence comme une dystopie bizarroïde en huis-clos. Et puis au bout d’un moment ça mute en un gigantesque WTF barré et sans aucun sens. Ou plutôt si, il y a un sens, mais métaphorisé, allégorisé et bizarrement scénarisé.

High-Rise c’est l’espèce de rejeton issu de l’union de Transperceneige et de Cosmopolis. Alors, autant j’avais adhéré à Cosmopolis, autant High-Rise m’est passé à dix kilomètres au-dessus.

Assez rapidement, alors que Ben Wheatley n’avait pas encore pété une durite, on se retrouve à avoir une succession de scènes avec des grosses ellipses entre les deux. On se demande ce qui se passe, et puis ça part en cacahuètes.

Un peu de contexte vite fait : High-Rise, c’est l’histoire d’un immeuble tout neuf où les pécores sont installés en bas et les gros bourges sont installés en haut. L’allégorie de la société est claire. Les riches font des fêtes, les pauvres font des fêtes, tout le monde se croise au supermarché situé vers le milieu de l’immeuble, on se tolère. Vient l’inévitable élément déclencheur avec sa coupure de courant et son problèmes d’ordures. Et là, c’est le drame (ou le brame, comme dirait le cerf). Ça se révolte, ça se tue, ça copule, ça se frappe, ça copule, ça fout la bordel partout, ça brûle, ça crée des montagnes de sacs poubelles en 15 minutes chrono. Et au milieu de tout ça : Tom Hiddleston, médecin, qui a l’air de planer total et qui fait son petit bonhomme de chemin. Ce qui s’explique ceci dit, le personnage solitaire qui a tout de même besoin de gens est assez intéressant.

High-Rise a quand même de la gueule, l’immeuble est bien fait, le décor très kitsch, années 70, se marie bien avec l’aspect dystopique. L’univers est riche, très codé et pour le coup donne envie de lire le bouquin dont il est adapté. Après, les personnages disent/pensent/font des choses très étranges. Dont je n’avais même plus envie de deviner le sens. Et finalement, autant la situation de début et la situation de fin ont du sens, autant tout le “corps” du film laisse une impression très étrange. Reste une ambiance de folie ambiante, dans les deux camps, avec un chaos qui se propage tellement vite qu’on a à peine le temps de s’en rendre compte qu’ils en sont à faire partooze sur viols sur émeutes. Et c’est, à mon sens, le problème majeur du film. La transition entre l’ordre et le chaos est totalement bâclée et mal foutue.

Ce qui donne, au final, un film réussi techniquement, mais qui sonne artificiel et faussement subversif.

MrAmeni
4
Écrit par

il y a 6 ans

High-Rise
Morrinson
4
High-Rise

The harder they fall

Ben Wheatley. On commence à le connaître, le lascar. Un expert dans l'art de la provocation à des niveaux divers, thématique, esthétique, horrifique. Pour donner quelques éléments de contexte afin de...

Lire la critique

il y a 6 ans

46 j'aime

20

High-Rise
Vincent_Ruozzi
7
High-Rise

Snowpiercer prend de la hauteur

Adapté du roman éponyme de l'écrivain britannique J. G. Ballard sorti dans les années 70, High Rise est une histoire qui a tout pour plaire aujourd'hui. Sorte de dystopie en huis-clos, les...

Lire la critique

il y a 6 ans

43 j'aime

High-Rise
Velvetman
4
High-Rise

Révolution sous Xanax

Les œuvres de J.G. Ballard sont toujours fascinantes à transposer au cinéma, surtout lorsqu’elles sont remises entre de bonnes mains. Et quand la satire sociale de l’écrivain « I.G.H » se voit...

Lire la critique

il y a 6 ans

39 j'aime

Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation, tome 4
MrAmeni
8

Critique de Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation, tome 4 par MrAmeni

Fondation foudroyée, ou Tome 4 du cycle de Fondation a été écrit 29 ans après l’écriture du 3e tome. J’ai débuté ma lecture en ne sachant pas trop à quoi m’attendre, et même légèrement sceptique au...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5
MrAmeni
8

Critique de La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5 par MrAmeni

Bizarre de parler de ce tome à part du tome précédent quand il ne s’agit que d’un seul livre (oui, j’ai déjà du le dire). Mais cette division artificielle se fait encore plus sentir lorsqu’on aborde...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

Le Feu dans le ciel - Les Chevaliers d'Émeraude, tome 1
MrAmeni
6

Critique de Le Feu dans le ciel - Les Chevaliers d'Émeraude, tome 1 par MrAmeni

Les Chevaliers d’Emeraude… saga de fantasy jeunesse connue. Anne Robillard est même présentée comme la « J.K. Rowling québécoise » selon la quatrième de couverture. J’étais dans de bonnes...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime