👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Bizarre de parler de ce tome à part du tome précédent quand il ne s’agit que d’un seul livre (oui, j’ai déjà du le dire). Mais cette division artificielle se fait encore plus sentir lorsqu’on aborde (et qu’on finit) ce 5e tome.

La première moitié est à l’image du tome précédent : Robin Hobb fait bien traîner les choses (ou prend son temps, c’est selon le point de vue), ici sous la forme d’un bon vieux périple à la mode fantasy. Le côté imposé de la quête est intéressant cependant, le Fitz ne répondant pas à un vibrant appel du cœur ou quelque autre bon sentiment (enfin, pas seulement).

Péripéties, retrouvailles et une grosse blessure se succèdent. La patte Assassin Royal se retrouve toujours autant. Ne serait-ce que dans la blessure. Au moins celle-ci ne se soigne pas en 2 chapitres. De même que les retrouvailles sont empreintes de colère, de ressentiment, de joie, bref de sentiments conflictuels.

Mais à la fois, ça traine et à la fois on prend toujours autant de plaisir à lire, tout en trépignant d’impatience (oui, c’est bien fatiguant tout ça ! La vie de lecteur est parfois bien difficile…). Le pauvre Fitz continue à en prendre plein la gueule, mais les choses se sont plus claires à partir de la moitié du livre lorsque celui-ci retrouve un vieil ami. Suivi d’autres. Fitz se pose un moment (pas vraiment le choix de toute façon) puis c’est reparti pour un tour. A ce stade, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans le SDA : beaucoup, beaucoup de marche. Mais, malgré le manque, parfois, de dynamisme, le refrain est toujours le même : une fois le livre fermé (ou la liseuse éteinte), il ne reste que l’envie d’y retourner.

Plus que pour le 4e tome, une nouvelle facette m’a captivé ; la place grandissante de l’Art chez Fitz (une des formes de magie de l’Assassin Royal), avec ce mélange de danger et d’attraction exercée sur son esprit. C’est aussi grâce à l’Art et son influence sur les rêves de Fitz qu’on sait ce qui arrive à certains personnages absents de l’aventure. On sort du petit groupe "Communauté de l’Anneau bis repetita", et ça fait un bon souffle d’air frais.

Mais une fois de plus, la fin du livre sonne comme la fin d’un "banal" chapitre. Que faire d’autre sinon embrayer sur le tome 6 ?
MrAmeni
8
Écrit par

il y a 9 ans

7 j'aime

La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5
MrAmeni
8

Critique de La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5 par MrAmeni

Bizarre de parler de ce tome à part du tome précédent quand il ne s’agit que d’un seul livre (oui, j’ai déjà du le dire). Mais cette division artificielle se fait encore plus sentir lorsqu’on aborde...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5
sofiloue
8

"Rejoins-moi"!

Voilà le cinquième opus de l'assassin royal. Difficile à critiquer. Nous avons encore affaire comme souvent en fantaisie à un découpage d’intégrales en 3 livres. Alors, je suis toujours passionnée...

Lire la critique

il y a 9 ans

4 j'aime

4

La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5
affreuxJojo
7

Critique de La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5 par affreuxJojo

Avant dernier livre du cycle de la jeunesse de FitzChevalerie fini ! Et quoi ? Bah ... On le dévore toujours malgré le fait qu'on se demande ce qui peut se passer durant les 300 pages qui restent et...

Lire la critique

il y a 10 ans

1 j'aime

Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation, tome 4
MrAmeni
8

Critique de Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation, tome 4 par MrAmeni

Fondation foudroyée, ou Tome 4 du cycle de Fondation a été écrit 29 ans après l’écriture du 3e tome. J’ai débuté ma lecture en ne sachant pas trop à quoi m’attendre, et même légèrement sceptique au...

Lire la critique

il y a 9 ans

9 j'aime

La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5
MrAmeni
8

Critique de La Voie magique - L'Assassin royal, tome 5 par MrAmeni

Bizarre de parler de ce tome à part du tome précédent quand il ne s’agit que d’un seul livre (oui, j’ai déjà du le dire). Mais cette division artificielle se fait encore plus sentir lorsqu’on aborde...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

Le Feu dans le ciel - Les Chevaliers d'Émeraude, tome 1
MrAmeni
6

Critique de Le Feu dans le ciel - Les Chevaliers d'Émeraude, tome 1 par MrAmeni

Les Chevaliers d’Emeraude… saga de fantasy jeunesse connue. Anne Robillard est même présentée comme la « J.K. Rowling québécoise » selon la quatrième de couverture. J’étais dans de bonnes...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime