👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Allégorie du déracinement et de la culpabilité

Pour moi, cette histoire d’apeth est totalement une allégorie de la double culpabilité qui est la leur, celle d’avoir enlevé la jeune fille afin de se sauver et également d’avoir survécu à la noyade qui a emporté les autres migrants.
Rien à mon sens de ce qui relève du fantastique, des esprits et de la sorcellerie n’est réel, c’est juste le symbole d’un immense remord qui les ronge.
La différence de comportement entre les deux est lié à leur différence de tempérament, une sensibilité différente respective et par rapport à la façon d’envisager la suite, coûte que coûte pour lui en essayant d’effacer le passé, avec un incommensurable regret pour elle et une erreur qu’elle veut assumer (jusqu’à presque vouloir l’assassiner pour expier).
L’arrachement à leur pays, la séparation d’avec leurs proches et amis, l’éloignement avec leur tradition et leur coutume, et surtout le traumatisme de ce qu’ils ont vécu pour fuir, tout ceci les mine jusqu’au désespoir sans qu’ils ne parviennent vraiment à communiquer, chacun vivant dans son coin sa propre souffrance tout en en voulant à l’autre et être dans le reproche silencieux.
L’écart de point de vue par rapport à leur acte d’enlèvement crée un énorme fossé entre eux, chacun d’eux vivant cela très différemment, ce qui les isole l’un de l’autre jusqu’à une rupture qui semble inéluctable et ponctué d’actes de folie et de pétage de plombs.
C’est à la toute fin que finalement leur amour est plus fort, qu’elle va le sauver du suicide, qu’ils vont réussir à se rapprocher de nouveau pour faire face ensemble à leur culpabilité, leur souffrance, leur difficulté et bâtir un futur commun dans ce nouveau pays si déstabilisant pour eux (et qui ne veux pas forcément d’eux!), tout en assumant leur terrible erreur.
Un film qui n’est pas sans défaut à mon sens mais qui renouvelle très habilement le genre en prenant pour base un terrible problème géopolitique très actuel

Zeudhomme
6
Écrit par

il y a 12 mois

His House
freddyK
7
His House

Souda(i)n Les Monstres

Disponible depuis hier sur Netflix His House est le tout premier long métrage du britannique Remi Weekes qui en signe également le scénario . Si le fil déboule à point nommé en cette période...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

1

His House
EricDebarnot
7
His House

House and Freedom

Même si "His House" (spoiler !) n’est pas un chef d’œuvre, et même pas un grand film, il nous réjouit profondément par son originalité et même son audace. Parce qu’il tente un vrai renouvellement du...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

His House
limma
7
His House

Critique de His House par limma

Rémi Weeks propose une déclinaison des codes du genre, sans surprise mais sans abuser d'effet. Le cinéaste joue de sons et de jeux de lumière et offre des apartés visuels d'une belle symbolique où...

Lire la critique

il y a plus d’un an

11 j'aime

4

Le Jeu de la dame
Zeudhomme
5

Série dans la case Netflix

D’un point de vue purement formel, c’est très bon : décor, costume, photographie, BO... la reconstitution historique est réussie, on est bien dans l’ambiance des années 60. Mais déjà je trouve que...

Lire la critique

il y a plus d’un an

72 j'aime

13

Annette
Zeudhomme
7
Annette

N’est pas Pinocchio qui veut !

La première demi-heure est franchement flamboyante avec une intro originale et enlevée, une photographie léchée et des belles lumières dans des scènes nocturnes, reconnaissables du style de Leos...

Lire la critique

il y a 11 mois

28 j'aime

3

Gagarine
Zeudhomme
2
Gagarine

Houston, we’ve got a problem !

Tentative maladroite, patchwork pseudo esthétisant et brouillon assez lunaire (dans le mauvais sens du terme) qui m’a bcp agacé avec des histoires, des personnages et des séquences manièrées, qui,...

Lire la critique

il y a 11 mois

11 j'aime

4