Tu verras pas ça sur planète, ça c'est sur.

Avis sur Honeyland

Avatar Jz_Mokā
Critique publiée par le

Jamais je n'aurais cru un documentaire capable de ça.
Il faut dire qu'avant pour moi les documentaires c'était surtout ceux sur les animaux ou sur l'histoire que j'ai pu voir sur planète. J'adorais ça, mais aujourd'hui j'ai beaucoup plus de peine avec. Plus récemment j'ai découvert une autre forme de documentaire au travers du film Les Glaneurs et la Glaneuse d'Agnès Varda et de J'veux du soleil de François Ruffin. Il s'agissait de documentaires allant vraiment au contact des gens, nous montrant un visage humain (et tout ça paraissait tellement moins artificiel que les reportages éclatés que j'ai pu voir à la télé).

Mais là c'est autre chose, pour une fois, un documentaire sans voix off, juste une narration au travers du montage, mais purée ce que ça peut faire du bien! Ne pas avoir quelqu'un qui nous rappel le propos du film chaque 2sec ou qui nous balance des infos inutiles qu'on aura oublié 2 semaines plus tard ou qu'on sera juste tout fier de pouvoir sortir à une soirée entre potes pour paraitre intelligent. Non là on nous montre la vie, brute, sans artifice et on nous laisse libre d'interpréter ce qui nous est montré (bien sûr le montage oriente l'interprétation, mais on est loin d'une voix off qui nous dit quoi penser de ce qu'il se passe à l'écran).

C'est l'histoire d'Hatidže une apicultrice d'origine Turque vivant dans un petit village quasi-abandonné en Macédoine du nord.

L'équipe de tournage va la suivre dans son quotidien pendant 3 ans (ça je le sait parce que je l'ai cherché mais en vrai le film ne donne strictement aucune indication, il n'y a que des sous-titres pour les quelques discussions en Turque et franchement on pourrait même s'en passer) durant ces 3 années nous allons voir le rapport de l'apicultrice à la nature, mais aussi à sa mère malade, dont elle prend soin et également la relation entre elle et de nouveau voisins éleveurs.

Les réalisateur ont expliqué vouloir traiter avant tout d'écologie et du rapport de l'homme à la nature mais moi personnellement ce qui m'a le plus touché dans ce film c'est que tout passe par l'humain, par les relations. C'est une belle façon d'ancrer les propos qui ne sont plus des idées dénuées de sens mais des concepts incarnés dans une réalité tangible.
On ne voit pas que de belles choses, on voit de la souffrance aussi, et il y'a une beauté profondément humaine dans ce mélange.

Une fille et son frère se chamaillent dans une scène, jusqu'à ce que la fille tombe et s’écrase la poitrine contre une souche, j'ai sursauté de douleur pour elle. Elle se met à pleurer, la mère s'énerve et menace le grand frère en lui promettant des coups de bâton, histoire de lui faire comprendre la douleur qu'il a infligé à sa sœur. Plus tard dans le documentaire cette même sœur risque de se noyer (elle n'avais juste pas pied dans une rivière où les enfants se baignaient). on la voit alors secourue par ce même frère. Ce moment ou elle s'agrippe à lui, tremblante de peur m'a tellement ému.

On voit les hauts et les bas, les conflits mais aussi les liens profonds, les moments de tristesse mais aussi les joies toutes simples de la vie.
Je n'avais jamais vu un documentaire saisir aussi bien la vie humaine dans toute sa complexité. En plus de ça le film réussi l'exploit d'extirper une critique pertinente du capitalisme et son impact dans les milieux ruraux au travers de conflits ayant surgit durant le documentaire.

C'est un film qui nous fait penser la limite entre cinéma et réalité, entre idée et fait concret. C'est un petit bout de vie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 110 fois
1 apprécie

Autres actions de Jz_Mokā Honeyland