Bye Frankenstein ("Nanard ou pas Nanard ?", telle est la question).

Avis sur I, Frankenstein

Avatar -Gor-
Critique publiée par le

Il s'agit de l'adaptation d'un comics.
Certes...

Mais au delà de ce postulat de départ, l'histoire est-elle intéressante ?
Dans le roman graphique ? Je n'en sais rien car je ne l'ai pas lue.
Dans le film : bof.

Le film est un sous-Underworld (on en retrouve d'ailleurs quelques acteurs) dans lequel les vampires sont remplacés par des démons, les lycans par des gargouilles et où le héros est la créature de Frankenstein se battant à coups de bâtons bénis.
La comparaison avec "Underworld" tombe d'ailleurs sous le sens, Kevin Grevioux étant auteur du film et également l'auteur des comics "I, Frankenstein" et "Underworld".

Nous sommes dans un monde où a lieu une guerre secrète depuis plusieurs décennies entre les deux espèces et dont les humains n'ont SOIT DISANT pas conscience.
Et là je dis "mais comment qu'y font les bougres d'ânes ?!!!"

Une cathédrale gargantuesque trône au milieu de la ville, des gargouilles s'animent régulièrement dans un maximum de brouhaha.
La moindre baston contre les démons se soldent généralement par un spectacle sons et MAXI-Lumières impliquant une descente en flammes vers les Enfers pour chaque démon tué ou une ascension vers le Paradis dans un faisceau lumineux bleuté à la mort de chaque gargouille.

Mais malgré tout cela, les humains ignorent l'existence de ces créatures.
Pour l'immersion et la crédibilité vous repasserez.

Viens alors l'envie de classer et d'apprécier le film en tant que nanard.
Après tout ça pourrait peut-être marcher ?...
Et malheureusement non.
Car "I, Frankenstein" ne laisse jamais de place au second degré et semble vouloir se placer comme un Fantastic-Actioner en dépit d'un manque cruel d'originalité visuelle.

Alors oui, sur le plan graphique, le film doit faire honneur au comic mais sur le plan cinématographique, la plupart des plans ont déjà été vus 20 000 fois dans d'autres films du même genre.
Tout paraît resucé-recraché en dépit d'un boulot certainement monstrueux sur les décors qui , finalement, ne font jamais illusion sur leur nature numérique.
Sur le plan des combats, rien de transcendant : malgré les performances évidentes d'Aaron Eckhart, les combats sont mous, sans saveurs, et les issues prévisibles au possible.

Yvonne Strahovski en grande professionnelle fait toujours un travail impeccable malgré son personnage plus qu'accessoire, et Aaron Eckhart visiblement habité par son rôle n'arrive pas à insuffler à son personnage suffisamment de charisme qui permettrait au spectateur de le voir autrement qu'un Emo-Goth torturé sur le retour en pleine crise identitaire.

Et autant dire qu'on en bouffe ici du "Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j'ère ?".
Mais à la mort d'un ennemi démoniaque : pas la moindre punchline nanardesque !
Un héros plat...
Et DIeu sait que les visages des démons sont risibles tant ils sont dignes des pires maquillages de figurants des premières saisons de "Buffy"... C'est dire...

Bref, vous avez là un film pratique car si il vous prend l'envie d'aller faire pipi en plein milieu, il vous sera inutile de faire "pause" car l'histoire n'avance jamais ou tellement mollement que vous n'en perdrez rien et serez toujours en mesure de comprendre ce qu'il s'y passe.

Du "Fantastique" où l'adjectif ne me vient pas une fois en tête pour qualifier ce film ?....
Un nanard sans les qualités d'un nanard ?...
Nope ! Non merci mais je m'ennuie.
Que dis-je : "Je baille Frankenstein !"

Sans moi.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 268 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de -Gor- I, Frankenstein